mardi 2 mars 2021

Quand M. Bastien Lachaud, député de la « France insoumise » tente de faire interdire l’audition de Bernard Lugan par la Commission de la Défense nationale et des forces armées de l’Assemblée Nationale…

Mardi 2 mars 2021, passant outre à la tentative de censure de la « France insoumise », Bernard Lugan a été longuement auditionné par la Commission de la Défense nationale et des forces armées de l’Assemblée Nationale au sujet de la situation dans la BBS et de la force Barkhane.

Pour l’édification des lecteurs de ce blog, nous donnons copie de la lettre du député Bastien Lachaud, du groupe « France insoumise », adressée à Madame la présidente de la Commission de la Défense pour fins de censure.

Selon Wikipédia, le député Bastien Lachaud a été condamné le 9 décembre 2019 par le tribunal correctionnel de Bobigny à 6000 euros d’amende pour « acte d’intimidation contre l’autorité judiciaire, rébellion et provocation ».

Sa lettre :

« Madame la Présidente, chère collègue,

Je tiens à vous faire part de mon incompréhension de voir la mission d’information sur Barkhane auditionner demain monsieur Bernard Lugan. Je regrette de n’avoir pu vous en faire part plus tôt mais comme vous le savez la modestie des effectifs de mon groupe ainsi que l’usage qui a cours à l’Assemblée de laisser aux rapporteurs une grande latitude dans l’organisation de leurs travaux ne me permettent pas de m’y investir autant que j’aurais souhaité.

Néanmoins je tiens à vous signaler que, selon moi, monsieur Lugan ne devrait pas être auditionné par la mission d’information. Ce polygraphe extrêmement prolixe, auteur de plus d’une quarantaine d’ouvrages, n’est tout simplement pas un spécialiste de la région sahélienne.

En outre, de très nombreux universitaires considèrent, non sans raison, que ses écrits sont, à tout le moins, empreints d’une idéologie politique qui fait de la race ou de l’ethnie le critère prépondérant sinon unique pour la compréhension des relations sociales et de l’organisation des sociétés, en particulier africaines.

Quoique monsieur Lugan ait longtemps professé ses thèses dans les milieux militaires, on pouvait croire que la recherche scientifique contemporaine avait fini par faire reconnaître que le biais intellectuel et politique qui affecte toute sa production était de nature à brouiller la compréhension des sociétés africaines, mais aussi de faire advenir les tensions intercommunautaires par un mécanisme de « prophétie autoréalisatrice » hélas bien connu.

Notre mission d’information doit certes veiller à recueillir une diversité de points de vue académiques afin de proposer, en toute conscience, une reformulation politique des résultats et des défis de l’opération Barkhane. En revanche, cet impératif éthique et méthodologique ne devrait pas bénéficier à la promotion d’une recherche universitaire dévoyée ni à un conservatisme politique extrême dissimulé sous les atours d’une érudition ampoulée.

Si notre commission souhaite l’éclairage d’universitaires reconnus pour compléter celles de messieurs Alain Antil, Marc-Antoine Pérouse de Montclos, Olivier de France et de madame Caroline Roussy, je me permets de suggérer d’entendre plutôt mesdames Niagalé Bagayoko, Johanna Siméant, Marielle Debos, messieurs André Bourgeot et Yvan Guichaoua ou encore pour une réflexion sur l’histoire longue du continent madame Catherine Coquery-Vidrovitch ou messieurs François-Xavier Fauvelle et Jean-François Bayart.

Notre commission pourrait également s'appuyer sur de nombreux jeunes chercheurs, docteurs et doctorants dont la discrétion n'a d’égale que la maîtrise des complexités africaines, et sahéliennes en particulier.

Je vous remercie de l’attention que vous porterez à ce courrier et vous prie d’agréer, Madame la Présidente, mes meilleures sentiments républicaines.

Bastien Lachaud »

Nous donnons rendez-vous aux lecteurs de ce blog et à tous ceux qui reçoivent ses communiqués, au jeudi 4 mars pour l’annonce d’une robuste riposte aux offensives des « islamo-gauchistes » et de leurs alliés « décoloniaux ».

10 commentaires:

  1. "sa production était de nature [...](à) faire advenir les tensions intercommunautaires par un mécanisme de « prophétie autoréalisatrice » hélas bien connu."

    Magnifique! B.Lugan est responsable des conflits africains...

    RépondreSupprimer
  2. Vous êtes chanceux, il n'a pas proposé votre déportation au goulag, par contre vous devrez peut-être en passer par un stage de rectification idéologique.

    RépondreSupprimer
  3. Evoquer les universitaires et la recherche contemporaine africano-islamo-gauchistes ne manque pas de sel .. Et critiquer les Blancs qui "font de la race le critère de compréhension" des sociétés, ce qui provoque "des tensions" ne manque pas de poivre non plus puisque c'est exactement leur propre comportement qu'ils décrivent ainsi !
    Une telle perversion du discours, et sans aucune honte, ne fait que souligner leur propre perversion en tant qu'hommes prêts à tout, en tant que lyncheurs haineux et racistes, et à quel point ils méprisent le peuple, à quel point ils se fichent que le peuple entende ce discours, puisque c'est là où ils sont censés nous représenter qu'ils nous l'infligent.

    RépondreSupprimer
  4. Totally unacceptable and shameful 😠

    RépondreSupprimer
  5. Pas surpris que l'on vous censure Mème au je n'apprécie.pas la.censure. vos thèses sont presque dangereuse.car vous avez une interprétation personnelle de certains événements. A titre d'exemple dire quelAlgeie n'est.pasnune nation avant 1962 c'est omettre de dire que les juifs durant l'exode n'en constituait pas moins une nation au sens unité d'esprit et de culture..vous parlez du Maroc millénaire et nul n'est dupe que c'est pour mieux déprécier son voisin. J'ai bien plus confiance en Benjamin Stores pour mener ces travaux . Il me semble plus documenté et objectif que vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme,

      Vous aimez Stora car il vous caresse dans le sens du poil...
      Pas pour son exactitude ou sa pertinence.

      Supprimer
    2. Merci pour la blague.

      Supprimer
    3. Donc vous êtes contre la censure, mais "en même temps" vous la trouvez normale !!!

      Supprimer
    4. Effectivement l'Algérie, avant 1962, n'était pas une nation au sens juridique du terme; elle était composée de trois départements et soumise aux lois de la République Française.
      Quant à votre choix de citer Stora, atteint du virus trotksiste, cela ne regarde que vous.
      Vous mentionnez également, son "objectivité"; or son rapport est plutôt à charge contre la France.
      Un traître ne saurait se renier....

      Supprimer
  6. Bernard Lugan a pour tort principal d'avoir remis en question les dogmes lénifiants et iréniques de l'africanisme officiel. "Les anges ont un sexe !"... Voilà, en résumé, l'apport principal de Monsieur Lugan. Les africains ne sont pas des abstractions séraphiques descendues d'un vitrail ! Ce sont des humains, comme tous les humains, avec leur histoire de pouvoir, de corruption, de domination, de guerres, d'esclavage, d'exploitation, de racisme, d'obscurantisme... A quoi bon écouter en deux cents exemplaires les mille-et-une variations de la scolastique universitaire actuelle nous chanter les litanies de "l'innocence des Africains" ?

    En outre, Monsieur Lugan est victime de son apparence physique et vestimentaire, de ses opinions politiques, et certainement aussi un peu de sa race. Et cela, c'est encore plus abject. Si la gauche le déteste, c'est parce-qu'il est blanc et qu'il parle librement. "On commence par brûler des livres, et on finit par brûler des hommes" (H. Heine).

    Je ne suis pas forcément d'accord avec toutes les positions, idées esthétiques et politiques émises par Monsieur Lugan. Mais j'aime me tenir au courant de son point-de-vue. Et je suis totalement scandalisé des attaques dont il est la victime. Dans son propre pays !

    Au passage, je trouve la dérive de La France insoumise vers l'obscurantisme "décolonial" très grave. Mélenchon et ses amis, qui essayent d'incarner quelque chose parfois, prennent des responsabilités très graves dans la monté des tensions, de l'obscurantisme et de l'intolérance.

    RépondreSupprimer