mercredi 19 octobre 2022

Emmanuel Macron à la grande mosquée de Paris : Islam de France ou Islam en France ? Ou comment la France est devenue la « colonie de ses colonies »

Le mercredi 19 octobre 2022, la visite d’Emmanuel Macron venant célébrer le 100° anniversaire de la pose de la première pierre de la grande mosquée de Paris m’a immédiatement fait penser à Charles Maurras qui, dans l’Action française du 13 juillet 1926, à propos de l’inauguration de cette même mosquée faite à l’occasion de la visite en France du Sultan du Maroc Moulay Youssef (père du futur Mohammed V), publia un article prophétique intitulé « Qui colonise qui ? ». En voici quelques extraits :

« (…) nous sommes probablement en train de faire une grosse sottise. Cette mosquée en plein Paris ne me dit rien de bon. Il n’y a peut-être pas de réveil de l’Islam, auquel cas tout ce que je dis ne  tient pas, et tout ce que l’on fait se trouve être aussi la plus vaine des choses. Mais, s’il y a un réveil de l’Islam, et je ne crois pas que l’on puisse en douter, un trophée de la foi coranique sur cette colline Sainte-Geneviève où tous les plus grands docteurs de la chrétienté enseignèrent contre l’Islam représente plus qu’une offense à notre passé : une menace pour notre avenir.

On pouvait accorder à l’Islam,  chez lui, toutes les garanties et tous les respects. Bonaparte pouvait se déchausser dans la mosquée, et le maréchal Lyautey user des plus éloquentes figures pour affirmer la fraternité de tous les croyants : c’étaient choses lointaines, affaires d’Afrique ou d’Asie. Mais en France, chez les protecteurs et chez les vainqueurs, du simple point de vue politique, la construction officielle de la mosquée et surtout son inauguration en grande pompe républicaine, exprime quelque chose qui ressemble à une pénétration de notre pays et à sa prise de possession par nos sujets ou nos protégés. Ceux-ci la tiendront immanquablement pour un obscur aveu de faiblesse (…) Qui colonise désormais ? Qui est colonisé ? Eux ou nous ? (…) Nous venons de transgresser les justes bornes de la tolérance, du respect et de l’amitié. Nous venons de commettre le crime d’excès. Fasse le ciel que nous n’ayons pas à le payer avant peu (… )». (Charles Maurras, l’Action française, 13 juillet 1926.)

Maurras avait donc bien vu les contradictions mortifères de l’idéologie humaniste, assimilationniste et intégrationniste de la République coloniale, cette suicidaire entreprise de gauche à l’origine du « grand remplacement » s’opérant aujourd’hui dans notre vieux pays gaulois :

« Garder un Empire colonial sous la fiction égalitaire ? On peut en défier n’importe quelle nation ! Comment admettre l’égalité du colon et des colonisés ? L’égalité des peuples est aussi absurde que celle des individus. Il est prudent de se garder de cette contradiction dangereuse. Si vous avez l’incohérence et la faiblesse d’affirmer ce mensonge et cette folie, il devient parfaitement légitime que le lecteur indigène vous prenne au mot. Il vous demandera la lune si vous la promettez….Et si vous ne la lui donnez pas, il pourra vous traiter de charlatan, d’imposteur, d’usurpateur, vous aurez semé son insurrection et sa révolte.

Dans la réalité des choses, les Etats coloniaux ont commencé par être conquérants. Ils n’apportent pas la liberté, ils ne peuvent pas l’apporter (…) Les Empires coloniaux sont des chefs. Colons ou employeurs, ils ne peuvent pas apporter à leurs obligés le contraire de ce qu’ils sont. L’idée d’Empire est une idée impérieuse, elle exclut littéralement égalité et liberté. Et si, comme y conclut le terme de droit asservi à la théologie des Droits de l’homme, si l’on enseigne et l’on propage ces deux bêtises géminées, on roule et on court à sa perte ». (Charles Maurras., Pages africaines, 1940, page 170).

dimanche 2 octobre 2022

L'Afrique Réelle n°154 - Octobre 2022

Sommaire

Libye : l’infini chaos 
- Une guerre qui n'en finit pas
- Le réveil des constantes libyennes
- Les tribus de Libye
- Comment, à travers sa présence en Libye, la Turquie exerce un chantage sur l’UE

Afrique du Sud : la descente aux enfers
- Xénophobie au pays de la démocratie post-raciale
- Le naufrage économique
- La spoliation des fermiers blancs, révélateur d’une fracture raciale que la doxa ne peut plus dissimuler
- De Nelson Mandela à Cyril Ramaphosa, la chronique d'un naufrage


Editorial de Bernard Lugan

La Libye et l’Afrique du Sud[1] font de nouveau l’actualité. Une actualité tragique qui s’explique parce que, dans  les deux pays, les causes profondes du chaos n’ont pas été traitées. Comment le pourraient-elles d’ailleurs ?
Depuis plusieurs semaines, la guerre civile s’est donc rallumée en Libye. Après le report des élections prévues au mois de décembre 2021, la Chambre des députés de Tobrouk a décidé d’installer un nouveau Premier ministre à Tripoli en la personne de Fathe Bachaga, ce que l’actuel Premier ministre du gouvernement d’Union nationale, Abdelhamid Dbeibah a refusé. 
Plus que jamais, la coupure Est-Ouest de la Libye est donc une évidence. 
Au-delà de l’immédiateté des commentaires, le retour au temps long et à la géographie permettent de comprendre pourquoi ce pays aux colossales potentialités n’en finit pas de s’enfoncer dans le chaos. 
En Afrique du Sud, durant ses trois décennies de pouvoir absolu, l'ANC a méthodiquement dilapidé l’immense héritage laissé par le régime blanc. Ce qui fut un pays prospère est aujourd'hui un Etat du « tiers-monde » dérivant dans un océan de pénuries, de corruption, de misère sociale, de violences, et dans lequel le revenu des noirs les plus pauvres est de 50% inférieur à ce qu’il était avant 1994…
Une réalité qui échappe aux touristes car elle est masquée par quelques secteurs ultraperformants encore dirigés par des Blancs ou par une poignée d’entrepreneurs noirs.
 
Coquille vide  ne survivant plus que comme machine électorale destinée à distribuer des sièges de députés à ses membres, l’ANC est désormais au pied du mur. L’heure de vérité approche inexorablement cependant que les masses noires, paupérisées,  constituent un bloc de plus en plus explosif. 
En effet, à l’exception de l’agriculture, branche  encore contrôlée par les Blancs, tous les secteurs économiques sud-africains sont en recul. A commencer par les industries de main d’œuvre (textile, vêtement, chaussures), qui n’ont pu résister aux importations chinoises. 
Quant aux secteurs de la mécanique dans lesquels, avant 1994, l’Afrique du Sud produisait la majeure partie des pièces dont ses industries avaient besoin, ils sont moribonds. Dans les mines, les pertes de production et de revenus, plus les coûts d’exploitation en hausse constants, ont eu pour conséquence la fermeture des puits secondaires et la mise à pied de dizaines de milliers de mineurs. L’industrie est également pénalisée par les coupures de courant à répétition car la compagnie publique Eskom, littéralement pillée par ses dirigeants nommés par l’ANC a vécu sur l’héritage laissé par le régime blanc, sans procéder aux investissements indispensables.

[1] Mes deux livres Histoire de la Libye et Histoire de l’Afrique du Sud viennent d’être reédités après avoir été actualisés et augmentés.