jeudi 18 juillet 2019

Algérie : « Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux »

Cette phrase d’Etienne de la Boétie résume la relation franco-algérienne. A chaque fois qu’il est en difficulté, le « Système » algérien sort en effet le joker-martingale de l’accusation de la France, sachant qu’il sera immédiatement relayé par les héritiers des « porteurs de valises », ethno-masochistes buvant goulûment  au calice de la repentance et de la contrition.

Le 15 juillet dernier, montrant en cela qu’il n’est pas encore mentalement décolonisé, Mohand Ouamar Bennelhadj, membre essentiel du « Système » algérien puisqu’il est le secrétaire général par intérim de l’ « Organisation nationale des moudjahidines », les « anciens combattants », a ainsi appelé le parlement algérien à voter une loi criminalisant la colonisation française. Il a en outre demandé que cette loi ouvre la voie à des « compensations », osant écrire que les Français ont « génocidé » les Algériens et que, après avoir pillé le pays, ils « n’ont laissé ici que des broutilles, des choses sans valeur».

Ces accusations ne relèvent pas de l’anecdote. Ce n’est pas de sa propre initiative que ce pâle apparatchik dont l’association constitue le pivot du « Système » et dévore 6% du budget de l'Etat -plus que ceux des ministères de l'Agriculture (5%) et de la Justice (2%)-, a lancé ces accusations gravissimes. Depuis deux ou trois semaines, acculé par la rue, le général Gaïd Salah a en effet ordonné qu’une offensive anti-française destinée à tenter de faire dévier la contestation populaire soit lancée. Face à cette véritable déclaration de guerre, le président Macron garde un étourdissant silence…

 Alors, puisque, comme ils en ont hélas l’habitude, les « lapins de coursive » qui dirigent la France se tairont, il est donc nécessaire que les « réseaux sociaux » s’emparent de  l’affaire, à la fois pour exiger une réponse officielle des autorités françaises, et pour « remettre les pendules à l’heure ».

En 1962, la France a légué à l’Algérie un héritage exceptionnel et non des « Broutilles » et des  « choses sans valeur », à savoir 54 000 kilomètres de routes et pistes (80 000 avec les pistes sahariennes), 31 routes nationales dont près de 9000 kilomètres étaient goudronnés, 4300 km de voies ferrées, 4 ports équipés aux normes internationales, 23 ports aménagés (dont 10 accessibles aux grands cargos et dont 5 qui pouvaient être desservis par des paquebots),  34 phares maritimes, une douzaine d’aérodromes principaux, des centaines d’ouvrages d’art (ponts, tunnels, viaducs, barrages etc.), des milliers de bâtiments administratifs, de casernes, de bâtiments officiels, 31 centrales hydroélectriques ou thermiques, une centaine d’industries importantes dans les secteurs de la construction, de la métallurgie, de la cimenterie etc., des milliers d’écoles, d’instituts de formations, de lycées, d’universités avec 800 000 enfants scolarisés dans 17 000 classes (soit autant d’instituteurs, dont deux-tiers de Français), un hôpital universitaire de 2000 lits à Alger, trois grands hôpitaux de chefs-lieux à Alger, Oran et Constantine, 14 hôpitaux spécialisés et 112 hôpitaux polyvalents, soit le chiffre exceptionnel d’un lit pour 300 habitants. Sans parler d’une agriculture florissante laissée en jachère après l’indépendance, à telle enseigne qu’aujourd’hui l’Algérie doit importer du concentré de tomates, des pois chiches et de la semoule pour le couscous…

Tout ce que la France légua à l’Algérie avait été construit à partir du néant, dans un pays qui n’avait jamais existé et dont même son nom lui fut donné par la France. Tout avait été payé par les impôts des Français. Daniel Lefeuvre a montré qu’en 1959, toutes dépenses confondues, l’Algérie engloutissait 20% du budget de l’Etat français, soit davantage que les budgets additionnés de l’Education nationale, des Travaux publics, des Transports, de la Reconstruction et du Logement, de l’Industrie et du Commerce ! 

Tous les arguments permettant de réfuter la fausse histoire de l’Algérie écrite par les profiteurs du « Système » se retrouvent dans mon livre Algérie, l’histoire à l’endroit.

14 commentaires:

  1. Le hasard a fait qu'il y a 2 jours, j'ai entamé une conversation banale avec ce que j'ai reconnu être un Arabe, qui en effet, était Algérien.... et ayant été cadre FLN !!! Devant ma surprise "Pourquoi êtes vous réfugié en France ?" - "J'ai eu peur des islamistes" !!! Si ces charognes du FLN avaient entretenu notre legs,hôpitaux, ports, routes..... avaient poursuivi la culture de nos plantations florissantes, etc...etc... hé bien, l'islamisme n'aurait pas les bases populaires qu'il affiche aujourd'hui.
    L'EVEILLEUR.

    RépondreSupprimer
  2. Auriez-vous déjà écrit un texte sur la façon dont les Accords d'Évian étaient en fait très défavorables à la France, notamment en ce qui concerne l'exploitation du pétrole ? Bien des Algériens ont l'outrecuidance de dire que la France continue à piller le pétrole algérien...

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour votre culture historique indispensable d'autant plus que nous avons un Président illettré, inculte, réfractaire, haineux envers les français, et fière de l'être.

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour ce moment d'histoire il serait bien que nos gouvernants s'en inspirent

    RépondreSupprimer
  5. vous oublier des bases militaire en parfait etat des casernes une base maritime MERS EL KEBIR une immense caserne a USEN DEY du matériel militaire MON SPEUDO N4A RIEN A VOIRE AVEC L ALGERIE

    RépondreSupprimer
  6. "Si vous espérez de la reconnaissance, élevez des chiens" ou encore : "La reconnaissance est une maladie de chien non transmissible à l'Homme"

    RépondreSupprimer
  7. Malheureusement avec le président actuel qui a tendance à renier notre glorieux passé, on peut s'attendre à tout de sa part.
    Pourtant si l'Algérie est sortie de l'ignorance, c'est bien grace à la FRANCE. Ils nous l'on rendu en assassinant avec la barbarie qu'eux seuls connaissent nos compatriotes et nos soldats.
    Et maintenant, ils voudraient des compensations pour le mal qu'on leurs auraient fait? Mais ces gens sont des bandits et des assassins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. êtes vous au courant du taux d alphabétisation des français et d algériens en 1830???
      Les français ont sorti les algériens de l ignorance !!!!Vous devriez vous renseigner avant de dire n importe quoi.
      Le monde a changé,terminé les propagandes erronées...

      Supprimer
    2. en 1962 taux d´ANAlphabetisme en Algerie:93%.
      "C honteux que la france ait legué un tel taux d´analphabetisme a l´Algerie". dixit claude cheyson. ça se passe de commentaires

      Supprimer
  8. C'est scandaleux mais qui a lancé
    À Alger de tels propos
    Macron
    .....

    RépondreSupprimer
  9. Monsieur Lugon,

    1) Tout d’abord, il faut savoir que les Algériens font bien la différence entre les vrais combattants ayant sacrifié leur vie pour l’indépendance du pays et les faussaires ayant acquis le statut d’ancien combattant. Il n’y a qu’à voir le mépris que les Algériens vouent à cette pseudo-organisation des anciens moudjahidine. La proposition de criminaliser la colonisation française reste un non-événement, les Algériens ont d’autres chats à fouetter. Par contre, ce qui me surprend, c’est de vous voir « bondir » face à cette proposition alors que, en France, des lois, dans un souci de conformer les pensées à l’historiographie officielle, criminalisent la simple négation d’événements historiques. Votre probité scientifique est-elle à géométrie variable ?

    2) Pour revenir à la colonisation française que vous faites passer pour un acte de charité envers les populations autochtones, vous n’êtes pas sans connaitre les véritables raisons de l’invasion française exposées dans le rapport de Clermont Tonnerre, Ministre de la guerre du Roi Charles X :
    Venger l’affront fait au Consul français ; organiser l’armée et lui offrir la gloire ; s’emparer du trésor d’Alger (estimé par Bourmont à 80 millions en pièces d’or et d’argent et 20 millions en denrées) ; s’accaparer des richesses de l’Algérie.

    3) Que vaut « l’héritage exceptionnel légué par la France à l’Algérie » face aux massacres de la conquête dont les enfumades de la Dahra (un événement parmi tant d’autres) en sont la preuve ? L’essai nucléaire « Gerboise bleue » dont les conséquences n’ont jamais cessé d’affecter la santé de la population locale, n’est-il pas un crime ? Dans la logique qui est la vôtre, vous devriez aussi faire l’apologie du régime nazi qui a modernisé les lignes ferroviaires pendant l’occupation avant de gratifier le monde occidental de nombre de scientifiques de renom.

    4) Vous osez affirmer que l’Algérie doit même son nom à la France sachant pertinemment que « Al-Djazair », littéralement « Les îlots », apparaît dans d’anciens documents cartographiques : al-Bakri (vers l’an 1068), Angelino Dulcert (1339), Martin Béhaïm (fin du XVe), Sébastien Cabot (moitié du XVIe). Pour vous, donc, avoir francisé la prononciation de « Al-Djazair » c’est avoir donné un nom à un pays ?

    5) Croyez-moi Monsieur, j’appartiens à la nouvelle génération d’algériens qui s’est assigné comme priorité d'affronter ses despotes corrompus et faussaires de surcroît mais sans pour autant oublier les crimes et autres massacres commis par la colonisation française. Nous n’exigeons ni excuses ni repentance mais une reconnaissance de ces crimes, libre à vous de les assumer ensuite et de bâtir là-dessus votre gloire !

    RépondreSupprimer
  10. Les français sont certainement a genoux mais pas face aux algériens. Suivez mon regard!

    RépondreSupprimer