dimanche 21 juillet 2019

Quand le « Système » algérien aux abois fait donner ses supplétifs

Le jeudi 21 juillet, le site de propagande Algérie patriotique a réagi (cliquer ici pour lire l'article) à mon communiqué daté du 18 juillet et intitulé « Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux ». Je vais commenter cette réaction aussi rapide que maladroite.

Le « Système » algérien a réagi rapidement parce que j’ai dénoncé sa manœuvre et le cœur de son mensonge en pointant le rôle de l’Association des moudjahidine, ces profiteurs de l’indépendance qui, depuis des décennies, vivent de la rente tirée de la fausse histoire de l’Algérie en captant 6% du budget de l’Etat...

Acculé par la rue le « Système » n’a que deux moyens de détourner la marée de la contestation populaire.

1) S’attaquer au Maroc, comme en 1963 quand la « Guerre des Sables » lui a permis de mettre en parenthèses le soulèvement kabyle, mais, avec le Maroc, qui s’y frotte s’y pique…

2) Rien de tel avec l’ectoplasme français, ce chapon politique dont les élites se complaisent dans leur dhimmitude émasculée, d’où l’attaque en forme de déclaration de guerre faite le 15 juillet 2019 par Mohand Ouamar Bennelhadj (voir mon communiqué en date du 18 juillet).

Puisque Algérie patriotique  relève le gant, et comme les autorités françaises vont, comme elles en ont l’habitude, se blottir tel le lièvre au gîte, je tire donc ma rapière afin de porter quatre coups :

1) L’Algérie qui n’a jamais existé est directement passée de la colonisation turque à la colonisation française. J’attends qu’Algérie patriotique me démontre scientifiquement, et non pas par des glapissements indignés, le contraire.

2) Au moment de l’indépendance, comme il fallait tenter de donner une cohérence aux différents ensembles composant ce pays qui n’avait jamais existé et auquel, tout à fait artificiellement, le général De Gaulle avait rattaché le Sahara et ses hydrocarbures, la nécessité de l’unité se fit à travers un nationalisme arabo-musulman niant la composante berbère du pays. Résultat, les Berbères -non les seuls berbérophones- qui constituent l’immense majorité de la population de l’Algérie (comme le démontre la génétique) furent certes « libérés » de la colonisation française, mais pour retomber dans la colonisation arabe qu’ils subissent depuis plus de dix siècles. J’attends là encore qu’Algérie patriotique me démontre le contraire.

3) Le 15 juillet 2019, Mohand Ouamar Bennelhadj, membre essentiel du « Système » algérien puisqu’il est le secrétaire général par intérim de l’ « Organisation nationale des moudjahidines », les « anciens combattants », a donc appelé le parlement algérien à voter une loi criminalisant la colonisation française. Or, que représente véritablement cette association quand, selon l’ancien ministre algérien Abdeslam Ali Rachidi, « tout le monde sait que 90% des anciens combattants, les moudjahidine, sont des faux » (El Watan, 12 décembre 2015) ?

4) De plus, ces moudjahidine furent moins nombreux que les Algériens combattant dans l’armée française et cela, l’histoire officielle algérienne le sait… et elle le tait. Démonstration :

Nombre d’Algériens servant dans l’armée française

A la différence des registres de l’Association des Moudjahidine,  l’armée française a tenu des fiches d’incorporation, de traitement, de démobilisation etc., ce qui permet de démontrer qu’au mois de janvier 1961, alors que le processus menant à l’indépendance était clairement engagé, environ 250 000 Algériens servaient  dans l’armée française contre 202 842 un an plus tôt, à savoir :
- 60 432 appelés
- 27 714 engagés
- 700 officiers dont 250 appelés
- 4600 sous-officiers
- 63 000 Harkis (ils étaient 57900 en 1960)
- 88700 dans les groupes d’autodéfense dont 19100 Moghaznis et 62000 membres de l’autodéfense villageoise

Nombre  de combattants indépendantistes

Selon les sources françaises :
Selon le 2° Bureau français, au mois de mars 1962, à la signature des accords d’Evian, les combattants nationalistes de l’intérieur étaient estimés à 15.200, tant réguliers qu’auxiliaires, et ceux de l’extérieur (l’ALN, ou armée des frontières) étaient 22 000 en Tunisie et 10 000 au Maroc. Les effectifs combattants des indépendantistes étaient donc au total de 50 000 hommes en armes contre près de 250 000 dans l’armée française, soit cinq fois moins. (Toutes les références sont données dans mon livre Algériel’histoire à l’endroit).

Selon les sources algériennes :
Les sources algériennes n’indiquent pas de grosses différences par rapport aux sources françaises.
Dans son livre publié en 1997, Benyoucef Benkhedda dernier président du GPRA, écrit ainsi qu’à la fin de la guerre, les maquis de l’intérieur comptaient 35 000 combattants (15 200 pour les sources françaises), à savoir 7000 pour la wilaya I, 5000 pour la II, 6000 pour la III, 12000 pour la IV, 4000 pour la V et 1000 pour la VI.

Comme les effectifs de l’ALN, l’armée des frontières sont connus, à savoir  un peu plus de 30 000 hommes, selon les chiffres donnés par les nationalistes algériens, les effectifs combattants nationalistes étaient donc d’un peu moins de 70 000 hommes, soit quasiment un quart des 250 000 Algériens qui servaient alors dans l’armée française. J’attends également qu’Algérie patriotique me démontre le contraire.

Si Algérie Patriotique veut continuer à se faire le porte-voix du « Système » aux abois à travers l’histoire officielle de l’Algérie écrite par son socle régimiste gavé de subventions et acheté par les passe-droits, nous pouvons continuer l’exercice. Dans mon éventuelle prochaine réponse j’expliquerai alors à ses lecteurs comment les Berbères furent colonisés  par les Arabes, et comment les arabistes de l’armée des frontières leur volèrent l’indépendance de 1962…

9 commentaires:

  1. Excellent, comme d'habitude. Merci, Monsieur Lugan !

    RépondreSupprimer
  2. Dès le début de l'envoi, il touche.

    RépondreSupprimer
  3. il est bon de remettre l'église au milieu du village...(ou les pendules à l'heure)

    RépondreSupprimer
  4. Merci Mr. Lugan pour votre réponse. N'hésitez pas, à nous les lecteurs de votre blog, à nous expliquer cela :"Dans mon éventuelle prochaine réponse j’expliquerai alors à ses lecteurs comment les Berbères furent colonisés par les Arabes, et comment les arabistes de l’armée des frontières leur volèrent l’indépendance de 1962…"

    RépondreSupprimer
  5. il y a un gouvernement kabyle en exil,on pourrait le reconnaître et l'aider militairement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous vous remercions beaucoup, mais voyez vous nous sommes civilisés quoique vous voulez penser et croire le contraire. Nous voulons une révolution pacifique et je crains que des séparatistes armés, si toutefois ils étaient tentés par votre offre, seraient mal accueillis en Algérie et encore plus en Kabylie. Vous confondez peut-être le peuple et le "système". Nous ne voulons pas de ce pouvoir mais nous ne ferons rien contre notre pays.

      Supprimer
  6. Reponse du secrétaire de l'organisation nationale des Moudjahidines voir le lien youtube:https://youtu.be/n4PgF999nOQ

    RépondreSupprimer
  7. J'ai eu récemment à débattre sur les réseaux sociaux avec un représentant du soutien au Régime FLN : aussi bien la question kabyle que la question religieuse ont donné des affirmations qui m'ont fait sursauter : sur la religion, j'ai eu droit au ''retour de la France Lavigériste, des Pères blancs '' : Diantre ! Si seulement la France était encore seulement Chrétienne, cela suffirait à mon bonheur... mais où irait-elle chercher ses colones de ''Pères Blancs '' aujourd'hui ?
    L'interlocuteur a fini par me concéder que la France était judéo-maçonnique et sioniste ...
    2/ Sur la question kabyle, c'est tout juste si l'Algérie arabe n'a pas été colonisée par les Kabyles ! J'ai plaidé pour utiliser la génétique ... mais qui utilise la génétique pour asseoir des statistiques ? J'ai plaidé pour la linguistique : on m'a répondu que l'écriture kabyle provenait d'un laboratoire et laissé entendre que l'archéologie ne trouvait pas trace d'inscription kabyle donc... pas d'écriture pas d'existence et hop !

    Pour des anti sionistes je trouve qu'ils ressemblent un peu aux sionistes qui prétendent avoir débarqué dans une terre sans peuple...

    Maintenant, qu'il y ait une G4G utilisant le séparatisme ethno-linguo-religieux en Algérie, c'est conforme au Plan du sioniste Yinon.

    Mais une colonisation ne justifie pas une autre... et ça ils ne semblent pas l'intégrer : l'objectivité, l'impartialité n'est pas du monde politique...

    Moyennant quoi, bien sûr, la G4G est bien partie pour fonctionner : une élite menteuse et voleuse aux abois contre les descendants de ceux qui l'ont mise au pouvoir... avec une situation économique sans espoir et une doctrine plus fermée qu'une huître, il n'y plus qu'à observer comment les grands carnassiers de la planète vont procéder pour déchiqueter le Régime et sans doute le territoire, à la manière de la Libye.

    RépondreSupprimer
  8. Je suis d'accord pour ce qui concerne vos propos sur "l'association des moudjahidines", mais vous dites ici, et je vous ai déjà entendu le dire dans une vidéo, "l'Algérie n'a jamais existé". J'avoue ne pas saisir le sens de cette affirmation négative. S'agit-il de l'Algérie de nom? Bien sûr, comme nombre de pays, elle a eu un nom un jour, donné par l'histoire, en l’occurrence ce fut en 960, parle fondateur de la dynastie berbère des Zirides, Bologhine ibn Ziri,lorsqu'il bâtit la ville Djaza'ir Beni Mezghenna, actuelle Alger sur les ruines de la romaine Icosium. Il y a sans doute plus de différence entre la Gaule et la France qu'entre la Numidie et l'Algérie actuelle sur le plan linguistique (le berbère), les coutumes et les mentalités, pourtant l'histoire de la France remonte bine pour tout le monde à cette époque. Parlez vous de ses frontières? Elles aussi ont fluctué au gré de l'histoire, des conquêtes, des invasions, des colonisations et des migrations. je ne sache pas que la France possède depuis si longtemps ses frontières actuelles, très différentes de celles de l'époque des mérovingiens et qui ont constamment évolué depuis (ce n'est pas à vous que je vais apprendre l'histoire de France bien entendu), mais il ne viendrait à personne je suppose, l'idée de dire qu'elle n'existait pas avant ses frontières contemporaines. L'essentiel des frontières de l'Algérie a été fixé dès le IIIe siècle avant JC, lorsque Massinissa et Rome en vainquant Carthage unifièrent la Numidie en regroupant les Massaesyles et les Massyles. A l'est en particulier, elles n'ont quasiment pas bougé,les villes frontières actuelles Tebessa et Souk Haras ayant été intégrée dans ces frontières avec leurs tribus dont les Gétules, Libyques, Garamantes, Maures...Bref, ce n'est qu'un commentaire, je ne le veux pas trop long, il l'est déjà trop, et il serait inutile de parler d'une culture, d'une langue, de coutumes toujours présentes depuis des millénaires, mais ma question est je crois posée : que signifie pour vous l'existence d'un pays, d'une nation et an quoi l'Algérie ne répondrait pas à cette définition?

    RépondreSupprimer