dimanche 27 janvier 2019

Les migrants africains ne fuient pas l’insécurité mais la faillite économique

En 2017 (les chiffres exhaustifs pour 2018 ne sont pas connus), le jihadisme, dans sa définition la plus large a  causé 10.376 morts en Afrique (Source : Centre d’études stratégiques sur l’Afrique). Pour dramatiques qu’ils sont, ces chiffres ne permettent cependant pas de dire que des centaines de millions d’Africains doivent être mis à l’abri. Nous ne sommes en effet pas en présence d’une mise en danger réelle des populations justifiant l’application d’un « droit d’asile » devenu filière officielle d’immigration. Ce n’est en effet pas le jihadisme que fuient les « migrants » africains qui forcent les portes d’une Europe paralysée par la tunique de Nessus de l’ethno-masochisme, mais la misère. Migrants économiques, ils n’ont donc aucun droit à séjourner dans les pays européens. N’en déplaise aux passeurs idéologiques et au pape.

La suite de cette analyse est réservée aux abonnés à l'Afrique Réelle. 
Pour vous abonner, cliquer ici

2 commentaires:

  1. Je n'ai pu lire la suite de l'article, mais l'on peut rajouter que ces migrants/clandestins fuient leur propre démographie galopante.

    Bien présents dans le public et para-public en France (quotas oblige) on commence d'ailleurs à voir se développer des pratiques et une efficacité typiquement africaine dans nos administrations ...

    RépondreSupprimer
  2. Je partage totalement votre avis sur la migration économique. Nos dirigeants, qu'ils soient de France ou européens, le savent parfaitement. Qu'importe que cette vague migratoire appauvrisse leurs citoyens à qui ils font payer le coût de cette migration. Je crois que leur but est le grand remplacement des peuples de l'Europe comme l'avait imaginé un certain Coudenhove-Kalergi en 1925.
    Bonne soirée !

    RépondreSupprimer