vendredi 4 mars 2022

Contrairement à ce que prétendent ses dirigeants, l’Algérie n’est pas en mesure de remplacer partiellement la Russie dans la fourniture de gaz à l’UE.

Profitant du lourd contexte géopolitique, l’Algérie prétend pouvoir compenser une partie des volumes de gaz russe en augmentant ses exportations en direction de l’UE via le gazoduc Transmed qui la relie à l’Italie. Un simple effet d’annonce construit car les réserves algériennes s’épuisent et sa production est aux trois-quarts consommée localement.

La suite de cette analyse (95%) est réservée aux abonnés à l'Afrique Réelle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire