mercredi 14 décembre 2011

L'Afrique Réelle N° 24 - Décembre 2011


























SOMMAIRE :

Actualité :
- L'année 2011 en Afrique
- Egypte : la grande misère des Coptes

Dossier : 
Les tragiques conséquences de la départementalisation de Mayotte

Repentance :
Le procès de Tintin au Congo

Opinion :
L'immigration choisie cette détestable forme moderne de la Traite des Africains

EDITORIAL :

Derrière la victoire des islamistes en Tunisie, en Libye et en Egypte, se cache une réalité ignorée de la plupart des observateurs qui en sont encore à opposer islam « radical » et islam « modéré », ne voyant pas que depuis le XXe siècle, deux grands courants parcourent le monde arabo-musulman sunnite[1] :
1) Synthèse du socialisme et du panarabisme, le « nassero-baassisme » a un temps prôné l’union du monde arabe avant de se fragmenter en plusieurs nationalismes sous l’influence de leaders charismatiques comme Gamal Abd-el Nasser en Egypte, Saddam Hussein en Irak ou même d’une certaine manière Hafez el-Hassad en Syrie. Alors que la realpolitik commandait aux Occidentaux de s’appuyer sur ces Etats, ils les ont au contraire combattus et l’échec du « nassero-baassisme » dont ils sont largement responsables, a créé un vide désormais comblé par l’islamisme politique.
2) L’islamisme politique a la même aspiration supranationale que le « nasserobaassisme », mais pour lui, c’est la religion islamique et non la langue arabe qui doit être l’élément fédérateur.
Durant des années, les Occidentaux se sont comportés à la manière des alouettes devant un miroir : attirés par la nébuleuse Al-Qaïda, ils sont partis à sa recherche en Irak et en Afghanistan, laissant ainsi le terrain libre à cet islamisme politique que BHL qualifie de « modéré ». Or, ce courant a pour objectif, non pas de faire sauter des bombes en Europe, mais de prendre appui sur la population immigrée musulmane pour y imposer son contre-pouvoir. En France, cela est déjà clairement le cas dans plusieurs émirats de la périphérie de villes comme Paris, Marseille ou Lyon, où les populations vivent de fait selon la loi islamique et où il ne reste plus à l’islamisme politique qu’à faire élire des municipalités - ce qui ne saurait tarder - afin de légitimer démocratiquement sa conquête territoriale.
Le moteur de cette gigantesque subversion qui se déroule sous nos yeux et que la bienpensance interdit de voir est l’Organisation des Frères musulmans, mouvement né en 1928 en Egypte et qui a reçu deux grandes idées de ses deux principaux fondateurs, Hassan Al-Banna et Sayyed Qutb.
1) Pour Hassan Al-Banna le panarabisme était une vision politique ethnoréductrice car tous les musulmans ne sont pas des Arabes. En revanche, l’arabe est bien la langue liturgique commune à tous les musulmans. Cette vision non raciale fait de l’organisation un modèle universel pour tous les croyants.
2) Pour Sayyed Qutb exécuté par Nasser en 1965, le monde était divisé en deux, d’une part le dar el-Islam et d’autre part le monde de l’ignorance (de Dieu) ou jahaliyya.
Le but des Frères musulmans est l’instauration d’un Etat islamique mondial, mais le réalisme commandant de procéder par étapes, la priorité est de renverser les régimes arabes nationalistes ou bien alliés de la jahaliyya ; si possible d’ailleurs avec l'aide de cette dernière, comme cela vient d’être réalisé en Tunisie, en Egypte, en Libye et demain en Syrie. Plus tard, une fois l’unification du dar el-Islam réalisée, la guerre sera menée contre la jahaliyya afin d’établir l’Etat islamique universel. Mais avant de passer à cette étape finale, il est nécessaire de la désarmer mentalement et de la rassurer en lui tenant les discours lénifiants qu’elle attend et dont sa lâcheté, autant que son masochisme, se satisferont avec à la fois soulagement et gourmandise.
Les cocus d’Occident qui rêvaient de démocratie en se pâmant devant le « printemps arabe » ont donc offert le pouvoir à leurs pires ennemis. Il est minuit moins cinq, docteur Schweitzer…

Bernard Lugan

[1] Pour ce qui concerne les chiites, la clé de compréhension est différente.

6 commentaires:

  1. Une petite clarification: Le monde musulman est bien divisé en deux: Dar Al Islam et Dar Al Harb. Islam en Arabe se traduit par Islam et aussi par Paix; ce qui donne pour Dar Al Islam: Terre d'Islam ou Terre de Paix. Dar Al Harb, lui, se traduit par Terre de Guerre.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Mr Lugan,concernants les afrocentristes (ou plûtot les affreux-centristes Vu qu'ils ne sont pas africains ce terme ne les concerne donc pas)

    Comme on le sait ils adorent jouer sur la corne en parlant E1b1 Alors qu'en vérité cet haplogroupe est originaire du proche orient cananéen, répandus depuis 40.60 000 dans toute la méditerannée afrique du nord,meme la corne à l'origine était blanche,
    les purs abyssiniens peuple mort vivent toujours dans les hauts plateaux ethiopiens et refusent de se mélanger aux noirs bantous, les negroides du sud ouest tropical ( issus à 80% de l'ethnie bantouide) sont une mutation génétique de koush qui leur a donné naissance via une migration au sud ouest tropical et une mutation génétique , c'est le climat tropical qui leur a donné cet aspect ( écartement de la fosse nasale,noirceur car vivant sous l'équateur ect...)

    ""= "E3b1 est une extension du groupe E père génétique des halogroupes Y= E1B1A/E1B1B. Il descend directement du CT-M168 l'originel code marqueur (EURASIEN). Aucune génétique Négroide-Africaine n'est retrouvée sur ce code, avant celui-ci qui a massivement surnombré le code chromosome Y Africain, allant de 59% à plus en Afrique de l'Est et entre à 65/80% en Afrique du Sud, jusqu'à bien plus en Afrique Noire Sub-Saharaienne Cruciani et al. [61])." (Oppenheimer; 2012) "

    RépondreSupprimer

  3. ``« Le E1b1a/b est d`origine EurAsienne proche orientale, les Nègroides ne sont qu`une addition récente en Afrique, le E1b1a est originaire d`Afrique Du Nord qui se répandit du Nord vers et en Direction du Sud vers la corne,et de l`Afrique Sub-Saharienne,Équatoriale avec la migration et l`expansion Agriculturelle des Bantous``. il y a 3000 ans``». (L`ADN Y et l`Halogroupe E et ses extensions génétiques - 2012).

    « De plus, ``Quelles genres d`analyses scientifique, dépendent d`un ``Vote en majorité`` afin d`obtenir des résultats et Quels genres d`idiots accepteraient aveuglément ``un résultat basé sur un vote`` comme preuve
    ultime ? à moins qu`ils ne souffrent d`un manque de critique logique et réflexionnelle comme la plupart des Afro-centristes...

    Les Experts Généticiens (y compris Willerslev,Lorenzen, Marchant) ont exprimés des doutes concernant, les résultats de (JAMA) l`équipe en charge de l`étude de la Momie de Ramses III. De ce fait, Albert Zink (Chef du projet) a
    admis qu'il n'a pas pu obtenir les mêmes résultats, à chaque fois qu`il reproduisit les prélèvements ADN sur la momie de Ramses III, Il est également indiqué qu'il a fondé sa conclusion sur «le plus probable» et «une règle en majorité".


    "Zink a déclaré que les tests ne reçevaient pas de résultats similaires à chaque fois qu'ils ont été exécutés. Ainsi que les résultats rapportés
    dans le journal JAMA sont ceux de l'équipe jugés « sur une simple propabilité » et sur la base d`une " règle en la majorité ".

    (Curse of the Pharaohs DNA AWT Conference Review, Marchant; 2011).
    Les chiffres, figurant dans le journal de (JAMA) sont à présent jugées inacceptables comme analyses ou résultats et doivent être, normalement déterminés ou interprétés à partir de données empiriques ( de vrais
    données) et non pas à partir d`un travail de ``logique``....

    Ce n`est pas,une pratique courante que de fonder une conclusion sur «le plus propable» ou sur un vote à base d`une "règle en majorité" à la place d`une interprétation à partir de données réelles .... Zink et ses
    collègues se sont comportés de façon irresponsable et lâchement comme s`ils avaient quelque chose à cacher ?en refusant simplement de permettre à des généticiens extérieur de confirmer ou vérifier ces
    résultats. Et encore,l`étude ainsi que la reconstitution de la Momie E celle du fils de Ramses III ``Pentawere`` en 2010, démontre aucune caractéristiques ``Sub-Saharienne`` avec ces cheveux raides, sa dentition et son faciès. Ramses III grava dans la roche pour l`éternité des Noirs Africains comme ennemis et ses nombreuses représentations
    indique qu`il fut de type Caucasien = peuplades résidantes en (Europe,Asie Mineur,Afrique du du Nord et des Indes)

    RépondreSupprimer
  4. Colin Renfrew, qui considèrent que l'afro-asiatique est originaire du
    Proche-Orient et serait arrivé avec les migrations du Néolithique et la
    diffusion de l'agriculture et de l'élevage[12]. Les linguistes russes,
    Alexander Militarev and Viktor Aleksandrovich Shnirelman considèrent que
    les premiers locuteurs du Proto-Afro-Asiatique étaient les Natoufiens
    du Levant[13].

    De nos jours la génétique des populations est devenue un outil de
    premier plan pour comprendre les migrations et les mélanges de
    populations du passé, et aide ainsi à mieux comprendre la répartition
    des langues dans le Monde[14].

    Selon une étude de Hodgson et al 2014 portant sur l'ADN autosomal de
    nombreuses populations d'Afrique, du Moyen-Orient et d'Europe, les
    langues afro-asiatiques ont probablement été diffusées à travers
    l'Afrique et le Proche-Orient par une population ancestrale porteuse
    d'une composante génétique non-africaine nouvellement identifiée, que
    les chercheurs ont nommé « Ethio - Somali ». Ce composant « Ethio -
    Somali » se retrouve aujourd'hui principalement parmi les populations de
    langue afro-asiatiques de la Corne de l'Afrique. Ce composant est
    proche du composant génétique non-africain que l'on retrouve chez les
    Maghrébins, et que l'on pense a divergé de toutes les autres ascendances
    non africaines il y a au moins 23 000 ans. Sur cette base, les
    chercheurs suggèrent que cette population « Ethio - Somali » est sans
    doute arrivée du Proche-Orient, durant la période pré-agricole, en
    Afrique du nord-est via la péninsule du Sinaï. Cette population s'est
    alors divisée en deux branches, avec un groupe qui s'est dirigé vers
    l'ouest, vers le Maghreb et l'autre vers le sud dans la Corne de
    l'Afrique[15].

    D’après une étude de génétique des populations publiée en 2015 sur le
    premier génome séquencé d'un squelette de chasseur-cueilleur ancien
    d'Afrique subsaharienne, datant de 2500 ans av J.C., il a été proposé,
    par comparaison des populations actuelles avec ce génome ancien, que
    tous les Africains subsahariens modernes sont légèrement mélangés avec
    une population d'origine eurasienne, qui était étroitement apparentée à
    la population actuelle de la Sardaigne et aux anciens agriculteurs du
    Néolithique européen qui étaient eux-mêmes issus d'une ancienne
    population du Proche-Orient. En Afrique subsaharienne, cette part
    d'ascendance eurasienne est bien plus importante chez les populations
    parlant actuellement des langues afro-asiatiques, notamment de la Corne
    de l'Afrique et des plateaux éthiopiens[16]. Par la suite, en février
    2016, les auteurs de l'étude ont publié un erratum concernant leur
    étude. À la suite d'une erreur bio-informatique, l'influx de gènes
    eurasiens en Afrique a été un peu surestimé. Il y a bien eu une
    importante migration en Afrique de l'Est en provenance d'Eurasie, mais
    elle s'étend moins loin ailleurs en Afrique subsaharienne[17]. Une étude
    de Lazaridis et al publiée en juin 2016 a montré que la population à
    l'origine de ces gènes eurasiens en Afrique de l'Est étaient des
    fermiers néolithiques issus du sud du Levant

    RépondreSupprimer
  5. Aucun négroïde n'éxistait dans tout le sahel il y a 6000 ans durant l'Egypte prédysnatique ( Ernest Chantres J.Greenberg)

    La migration bantou ne remonte qu'à 3000 ans, Les noirs sont eux memes des mutés, ce sont des mutant d'abyssiniens blanc à l'origine qui leur ont donné naissance à travers une migration au sud ouest de l'afrique tropicale et une mutation génétique, En gros ce sont des blancs des protos abyssiniens, (qui étaient eux meme proche des protos-cananéens qui ont donnés naissance aux amazigh) qui leur ont donné naissanceEt pas l'inverse. Voilà qui met encore une fois de plus leur theorie à l'eau. kush leur père était un roi abyssinien blanc !
    D'ailleurs les derniers rapports officels des universités de Portos et de Leeds situent le berceau originel dans les environs mésopotamiens sud-arabique

    Et il y a 30 000 ans il n'existait aucun negro africain dans tout le sahel ni meme en afrique centrale, leur terres d'origine c'est le sud ouest tropical, (environs,cameroun,congo) car c'est là ou ils sont le plus concentré et c'est aussi dans cette région qu'ils ont muté.

    les purs cornes africains (peuple mort ) etaient blancs et génétiquement eurasien, ils ont été envahit par les nubiens negroides mutants ce qui fait qu'ils sont aujourdhui 30% eurasiens 60 % negroides, Ce sont eux qui ont donné naissance au noirs negroide par mutation génétique et une migration d'une partie d'entre eux au sud ouest tropical (environs cameroun congo( surement durant le paléolitique ou le néolithique
    Voilà ce qui reste des Vrai Corne Africains Abyssiniennes de l'Empire detruit par les Egyptiens, purs souches, les tribus ne se mélangent pas fort heureusement avec le fort accroisemment de negroides et leurs migrations ( On connait trop bien leurs techniques de vols historiques ;)

    http://images.google.fr/imgres?imgurl=http%3A%2F%2F3.bp.blogspot.com%2F_6izHM7-NzcQ%2FTLTfzxychRI%2FAAAAAAAABDM%2Fx1ZrE5ltGTk%2Fs1600%2Fhalf%2BJapanese%2C%2Bhalf%2BEthiopian%2Bgirl.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Fwww.madote.com%2F2010%2F10%2Fphotos-of-mixed-ethiopians.html&h=604&w=448&tbnid=8tefmTtqY-80yM%3A&docid=LueP_wFee8LahM&ei=wKASWOOMK8v2ULbWgZgD&tbm=isch&iact=rc&uact=3&dur=1439&page=0&start=0&ndsp=26&ved=0ahUKEwjj7JHro_zPAhVLOxQKHTZrADMQMwgsKBAwEA&bih=801&biw=1218

    http://images.google.fr/imgres?imgurl=http%3A%2F%2Fi583.photobucket.com%2Falbums%2Fss279%2Fhotxxxxx%2F5.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Fwww.egyptsearch.com%2Fforums%2Fultimatebb.cgi%3Fubb%3Dget_topic%3Bf%3D15%3Bt%3D002338%3Bp%3D1&h=400&w=311&tbnid=4lwjONFyMhMjBM%3A&docid=46KmQIVr26UaLM&ei=wKASWOOMK8v2ULbWgZgD&tbm=isch&iact=rc&uact=3&dur=1980&page=1&start=26&ndsp=34&ved=0ahUKEwjj7JHro_zPAhVLOxQKHTZrADMQMwhQKC4wLg&bih=801&biw=1218

    Les koushites sont des abyssiniens, ils sont de type caucasoide, la plupart dentre eux dans la corne de l'Afrique sont mélangés, mais beaucoup de tribus proche de la pureté refuse de se mélanger, donc voilà
    qui met KO leur argument sur la corne,En plus la majorité n'ont rien de noirs, rien de rien, . Et pas la peine qu'ils nous sortent que ces abyssiniens sont des mélangés avec les arabes et autres sémites encore une fois ou je ne sais quoi, c'est faux, les haplgroupes génétiques J (semitiques)et toutes ses subclades n'existent pratiquement pas dans la corne. C'est pour ça qu'ils sont si différents d'eux ! il y a 12 000 ans il y avait des blancs(purs abyssiniens) dans les régions :Ethiopie Somalie Erythrée

    RépondreSupprimer
  6. Quand aux réprésentations des anciens egyptiens au visage large grands yeux en amande ect...les afrocentristes prétendent que les représentations ne sont pas réalistes et que c'est purement artistique ect.. c'est faux bien évidemment ! Les egyptiens se repesentaient tels qu'ils étaient : le visage large, large bouche ( nagui ) grands yeux en amande ect...c'est typiquement egyptien, ( en anthropologie le phénotype se nomme "Aegyptid" les egyptiens ressemblent à Carmen soliman Zahi Hawass le pprésident Sisi, Natacha Atlas ect..http://www.riotartists.com/wp-content/uploads/2014/12/RA-artists-HiRes-NA3.jpg

    http://www.albawaba.com/entertainment/sherihan-tears-of-cinderella-501077

    http://static.annahar.com/storage/attachments/212/92014711132_267861_1_927807_large_328441_large.jpg

    http://egyptefilm.fr/press/wp-content/uploads/2012/09/634e69a2eb4aefc25edbee0294f00fba_123597466_147.jpg

    https://twitter.com/carmansoliman

    tous ces gens n'ont pas le type sémitique ce sont de purs coptes

    RépondreSupprimer