vendredi 1 mars 2019

L'Afrique Réelle N°111 - Mars 2019

Sommaire

Actualité
Algérie : derrière les élections, le naufrage économique

Dossier : Libye, le général Haftar maître du jeu
- Le coup de pied du général Haftar dans la fourmilière du Fezzan
- Haftar-Russie-Turquie contre Fayez el-Sarraj et les Occidentaux

Dossier : Le fragile verrou tchadien
- La terre, les hommes et leurs conflits
- Les nouvelles guerres du nord (2019)

Histoire et justice
Rwanda : un non-lieu valant accusation…


Editorial de Bernard Lugan :

En dépit de l'élimination par l'armée française le 21 février 2019 de l'Algérien Yahia Abou al-Hamman, chef de « l'émirat de Tombouctou », et qui était l'un des trois principaux chefs de la coalition jihadiste sahélienne GSIM (Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans), la situation se complique au Mali. 
Le sentiment anti Français y a même explosé le 10 février 2019 quand, à Bamako, devant plusieurs dizaines de milliers de partisans, l’imam wahhabite Mahmoud Dicko a déclaré : « Pourquoi c’est la France qui dicte sa loi ici ? Cette France qui nous a colonisés et continue toujours de nous coloniser et de dicter tout ce que nous devons faire. Que la France mette fin à son ingérence dans notre pays». 
Un singulier remerciement pour tout ce que nos Armées ont fait pour son pays…

La vérité est que, face à la grande complexité des réalités maliennes, l’erreur française fut triple :

1) En 2013, il aurait fallu subordonner la reconquête de Gao, de Tombouctou et du nord Mali par Serval à la reconnaissance préalable par Bamako d’une nouvelle organisation constitutionnelle et territoriale prenant véritablement en compte les spécificités nordistes, ce qui n’a pas été fait. 

2) Au lieu de cela, Paris imposa une fois de plus l’aberrante solution électorale. Or, comme l’ethno-mathématique a automatiquement donné la victoire aux plus nombreux, c’est à dire aux sudistes, la revendication touareg a donc été « démocratiquement » délégitimée.. 

3) Les autorités françaises ont refusé de voir que pour Bamako, l’ennemi principal est le séparatisme touareg et non l’islamo-jihadisme combattu par Barkhane. 

Au lieu de partir du réel ethno-racial sahélien, aveuglés par leur idéologie, les dirigeants politiques français ont voulu imposer l’utopique « vivre ensemble ». Ils imaginaient sans doute que la fée électorale allait, d’un coup de baguette magique, faire accepter à des nomades berbères ou arabes de se soumettre au bon vouloir des agriculteurs noirs sédentaires que leurs ancêtres razziaient, et aux sudistes de cesser de prendre leur revanche sur ceux qui, avant la colonisation libératrice, réduisaient leurs ancêtres en esclavage.

Par la faute de nos gouvernants, Barkhane se trouve donc désormais prise entre le marteau et l’enclume avec des possibilités de manœuvre réduites en raison de la multiplication des mines posées sur les axes de communication obligés.
Certes, de brillantes opérations permettent de liquider les têtes du jihadisme mais il faut bien voir que, de plus en plus fixée sur des emprises coupées des populations, comment Barkhane dont l’essentiel des moyens est désormais utilisé à son auto-protection pourrait-elle répondre aux problématiques régionales millénaires ?
D’autant plus que ses cadres ne reçoivent plus de formation africaniste, depuis que les véritables enseignements en cette matière ont été supprimés, tant à Coëtquidan qu’à l’Ecole de Guerre…

1 commentaire:

  1. Bonjour.

    Les "étrangers" à l'Afrique, Chinois et Américains, y réussissent mieux que nous parce qu'il possèdent le langage international compris de tous: l'argent, couplé à la force si nécessaire. Nous n'avons plus ni l'un ni l'autre et nous avons abandonné notre dernière carte qui était la connaissance de la terre et des hommes non seulement en Afrique, au Moyen et en Extrême Orient ainsi qu'en Asie. Comment voulez -vous qu'aujourd'hui des petits marquis, bardés de diplômes et persuadés que leur intelligence vive supplée à tout puissent comprendre les Africains quand ils ne comprennent déjà plus une part conséquente de leur propre peuple?

    RépondreSupprimer