samedi 18 avril 2015

Afrique du Sud : boule de feu dans l'arc-en-ciel

En Afrique du Sud, les dernières violences "xénophobes" ont pris une telle ampleur que le Malawi a décidé d'évacuer ses ressortissants et que le Mozambique a demandé fermement aux autorités sud-africaines d'assurer la protection de ses nationaux. Quant au président Zuma, il vient d'annuler une visite officielle à l'étranger afin de suivre l'évolution de la situation.
Un peu partout dans le pays, notamment au Natal et dans la région de Johannesburg, les immigrés africains qu'ils soient  Malawites, Mozambicains, Somaliens, Zimbabwéens, Soudanais ou encore Nigérians sont en effet pris pour cible, lynchés ou forcés à se réfugier dans les camps militaires cependant que leurs biens sont systématiquement pillés. Au Natal, les pogroms ont été encouragés par le roi des Zulu et ailleurs dans le pays par le propre fils du président Zuma... Dans la "nation arc-en-ciel-", au pays de Nelson Mandela, des Noirs massacrent donc d'autres Noirs, et qui plus est, des Noirs immigrés... Voilà de quoi déstabiliser les bonnes âmes qui pensaient, la main sur le coeur et abreuvées de certitudes morales, qu'une fois le régime blanc d'apartheid balayé, les fontaines sud africaines allaient laisser couler le lait et le miel de la société post-raciale...

Un peu plus d'un an après la mort de Nelson Mandela, le culte planétaire quasi religieux rendu à sa personne apparaît donc en total décalage avec les évènements. Le réel est en effet de retour -une fois de plus et comme toujours-, balayant au passage le mythe-guimauve de la « nation arc-en-ciel » fraternelle et ouverte au monde.
Dans un pays où le chômage touche environ 40% des actifs et où le revenu de la tranche la plus démunie de la population noire est inférieur de près de 50% à celui qu’il était sous le régime blanc d’avant 1994, dans un pays où 18 millions de Noirs sur une population de 53 millions d’habitants, ne survivent que grâce aux aides sociales, le Social Grant, quoi d'étonnant à ce qu'éclatent des violences xénophobes, les étrangers étant accusés de prendre le travail des plus pauvres?

L’échec économique sud-africain est en effet total - je développe ce point dans le chapitre IV de mon dernier livre Osons dire la vérité à l'Afrique. Selon le Rapport Economique sur l’Afrique pour l’année 2013, rédigé par la Commission économique de l’Afrique (ONU) et l’Union africaine (en ligne) l’Afrique du Sud s’est en effet classée parmi les 5 pays « les moins performants » du continent sur la base de la croissance moyenne annuelle, devançant à peine les Comores, Madagascar, le Soudan et le Swaziland.

Pris dans la nasse de ses propres mensonges, de ses prévarications, de ses insuffisances, le parti gouvernemental, l'ANC - le parti de Nelson Mandela -, ne pourra pas éternellement mettre en accusation le "régime d'apartheid" afin de tenter de dégager ses responsabilités dans la faillite de ce qui fut un pays prospère.
D'autant plus qu'en Afrique du Sud, une presse libre existe. Et elle ne se prive pas d'écrire qu'en deux décennies, l'ANC a dilapidé le colossal héritage laissé par le régime blanc et a transformé le pays en un Etat du « tiers-monde » dérivant dans un océan de pénuries, de corruption, de misère sociale et de violences, réalité encore en partie masquée par quelques secteurs ultraperformants, mais de plus en plus réduits.
En France, faire un tel constat est considéré comme une insulte à la Nation arc-en-ciel et à la mémoire de Nelson Mandela.

Bernard Lugan
18/04/2015

14 commentaires:

  1. Ce qui est stupéfiant c'est que la France en particulier mais aussi notamment l'Occident (devenu "décadent".....) continuent,malgré les faits !, à nier la vérité parfaitement expoé par l'excellent Bernard Lugan qu'on veut faire taire puisque dans notre République, entre autres, il faut aller vers le "politiquement correct". Inquiétant pour l'avenir ! Mais les populations maltraitées continuent à accepter le mensonge par paresse.
    CQFD et soutien à BL.
    J. de FERRIER

    RépondreSupprimer
  2. Mais n'est-ce pas le chemin que prend aussi la France, au fur et à mesure que déferlent les masses immigrées, pour le "grand remplacement" organisé par nos élites ?

    RépondreSupprimer
  3. Le destin de l'Afrique du Sud me ferait presque penser à celui de l'Algérie.
    Un gouvernement algérien qui accuse toujours la France de ses maux.
    Il n' y a presque plus de blancs en Afrique du Sud; et en Algérie les français sont partis avec leur valise il y a déjà longtemps.
    L'ironie du sort en Afrique du Sud, c'est que le racisme et la xénophobie sont désormais l'oeuvre de ceux qui s'en disaient autrefois victimes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "...le racisme et la xénophobie sont désormais l'oeuvre de ceux qui s'en disaient autrefois victimes." Le génie humain est aussi grand que sa bêtise? http://edl.revues.org/379

      Supprimer
    2. Les masques sont tombés !
      Ces sub-sahariens disciples de Mandela qui n'ont d'africains que le nom ( puisqu'à la base le terme Afrique se réfère à la culture et à l'Histoire Berbère) ont fait preuve d'un racisme anti-blanc épouvantable comme au Zimbabwe et comme si cela n'était pas suffisant voilà qu'ils en rajoutent une couche contre leur soit-disants "frères d'infortune".
      Tous ça... pour ça.

      Supprimer
  4. Et si on parlait de la France?
    "La dette équivaut à 95% du PIB mais le ministre des Finances, Michel Sapin, promet qu'elle «n'atteindra pas» les 100% du PIB." Lol Ils ne pensent même plus à rembourser, mais à comment stopper l'hémorragie autant qu'ils peuvent. http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/03/26/20002-20150326ARTFIG00061-la-dette-publique-francaise-atteint-desormais-95-du-pib.php

    Pourtant la France reçoit de milliards des pays qui utilisent le franc cfa chaque année.
    Et avant de regarder la vidéo si dessous...regarder comment la France paie le silence de ses président: 6,2 millions d’euros pour le silence des anciens présidents sur le Franc CFA. http://globalepresse.com/2015/02/17/62-millions-d-euros-pour-le-silence-des-anciens-presidents-sur-le-franc-cfa/

    Maintenant voyons une vidéo sur le Franc CFA, de comment la France pille l'Afrique.
    Vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=P01Fq66hyts

    Donc s'il vous plait...quand il faut parler des problèmes qui se passent dans le monde...la France et les français ne devraient pas trop parler.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Totalement hors sujet. Bernard Lugan est africaniste.

      Supprimer
  5. Le sort de la France dans quelques décennies ?

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Mr Lugan,
    Il y a dans vos écrits il me semble des oublis ici et là.
    Exemple sur votre article sur l'Algérie, à aucun moment vous ne parlez du charnier de 10 000 Kabyles découvert à Oran dans les années 60 mais ceci est un exemple parmi tant d'autres ici vous nous faites passer l’apartheid pour un paradis en n'oubliant soigneusement de dire que certaines personnes n'étaient pas pris en charge dans les statistiques à ce moment là, c'est comme ci en France on décidait un jour de mettre en place les statistiques ethniques et que les socialistes disaient voyez le bilan catastrophique sous le gouvernement de valls cela n’existait pas.
    Bref pas mal d’omission, et je pense qu'elles sont volontaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1) Cet article de l'Afrique du Sud, pas de l'Algérie 2) Pas d'argument ni de preuve encore moins de source 3) Procès d'intention.

      Supprimer
  7. "L'enfer est pavé de bonnes intentions"?
    "En France, faire un tel constat est considéré comme une insulte à la Nation arc-en-ciel et à la mémoire de Nelson Mandela."
    Qui bene amat bene castigat?
    Non c'est simplement une liberté d'expression et si en plus elle relate la "réalité", oui, sans préjugés ou a priori politiques?
    Mais il va s'en dire que ce n'est pas faire l'apologie du régime d'apartheid et Nelson Mendela et Desmond Tutu restent des figures emblématiques de la fraternité des peuples?

    RépondreSupprimer
  8. Depuis le temps de Chaka Zulu, les sudafricains noirs ont toujours été barbares. Mais à l'époque, on applaudissait cette sauvagerie humaine. On les qualifiait d'héroïque parce que leur fougue était dirigée contre les colons blancs.
    Mais ce qu'on semblait oublier, quand on nourrit son lionceau à la viande saignante, on doit se rappeler qu'on est soi-même de la viande en puissance.

    Aujourd'hui Johannesburg a un taux de criminalité plus élevé que Tripoli.

    Qu'on sache que la violence, telle qu'elle y est pratiquée ne nous portera jamais à la tête parce qu'elle n'est pas une force mais de la pure lâcheté.

    RépondreSupprimer
  9. De retour d'Afrique du sud, notre chauffeur noir, béninois, nous confirmait que les rapports des immigrés noirs francophones, sont excellents avec les blancs, mais qu'il subit le racisme terrible des noirs locaux, se sachant même en danger de mort s'il s'aventurait dans certains quartiers.

    RépondreSupprimer
  10. Ce que M Lugan oublie de dire c'est que les violences sont dirigees contre TOUS les immigres dans les townships, ce qui inclut indiens et pakistanais, donc pas seulement africains. Qu'est ce que cela signifie? Que le systeme economique a effectivement echoue a donner du travail a ses jeunes generations appauvries des townships, qui n'ont deja pas de 'logique d'auto entreprenariat' qui motive les immigrants venus chercher de meilleures conditions de vie. En gros un systeme capitaliste qui aboutit a monter des pauvres contre d'autres pauvres.
    Mais comme toujours c'est beaucoup plus facile d'en faire une question ethnique et raciale, d'assumer par principe qu'une telle difference ne peut etre vecue harmonieusement, et d'omettre tout le positif qui se passe dans le pays aussi (par ex des sudafricains qui viennent aider les commercants etrangers a remonter leurs magasins).
    Les sudafricains restent pour leur grande majorite beaucoup plus ouverts que ce genre de billet ne laisse l'entendre. Mais mieux vaut cracher dessus ou faire la fine bouche, ca permet de mieux revenir avec des 'je vous l'avais dit' lorsqu'un groupe de detraques fait parler de lui. Faut bien preparer son beurre de demain...

    RépondreSupprimer