vendredi 27 mars 2020

L'Afrique Réelle n°124 - Avril 2020

Sommaire

Actualité :
- Seule l’histoire permet de comprendre les conflits du Sahel
- Pourquoi le Burkina Faso est-il l’épicentre du jihadisme sahélien ?

Dossier : L'afrocentrisme
- Le contre-sens historique de Cheikh Anta Diop
- Black Athena, cette imposture scientifique


Editorial de Bernard Lugan

Deux principaux fronts sont ouverts au Sahel. A l’ouest dans la région des « Trois frontières » (Mali-Niger-Burkina Faso) et à l’est, dans la région des « Quatre frontières » (Nigeria-Niger-Tchad-Cameroun), autour du lac Tchad. 
Ici, les 23 et 24 mars, Boko Haram a porté de rudes coups aux armées du Nigeria et du Tchad. Au Nigeria, un convoi parti de Maiduguri est tombé dans une embuscade, laissant plus de 100 morts sur le terrain. 
Au Tchad, où Boma, la principale garnison de la province du Lac, a été prise par Boko Haram, les forces tchadiennes déplorent plus de 100 morts. 
Avec sa végétation compacte aux racines enchevêtrées, la région est un milieu difficile pour des forces mécanisées habituées à une guerre de mouvement et peu familières de ce milieu palustre. 
Les réalités géographiques, anthropologiques, ethniques et historiques, font de cette région un foyer favorable à Boko Haram, mouvement ancré sur deux ethnies transfrontalières, les Kanouri et les pêcheurs Buduma/Yedina, qui se désignent sous le nom de « Peuple des herbes ». 

Tant à l’ouest qu’à l’est, ces conflits s’inscrivent dans le temps long. Nous sommes en effet en présence d’une conflictualité résurgente enracinée dans le lointain passé de peuples dont la problématique n’est pas celle des « droits de l’homme », moins encore celle de la démocratie. Pas davantage celle du « vivre ensemble » ou du « développement ». D’où l’incapacité des Européens à les comprendre, donc à prétendre les résoudre. 
Antérieures à l’islamisation, les racines de ces conflits ne sont pas religieuses car le jihadisme sahélien est d’abord la surinfection de plaies anciennes et le paravent d’intérêts économiques ou politiques à base ethnique. Refuser de le voir relève de l’idéologie (Voir à ce sujet mon livre Les guerres du Sahel des origines à nos jours).

En Algérie où les hydrocarbures fournissent entre 95 et 98% des exportations et environ 75% des recettes budgétaires, la loi de Finances 2020 est basée sur un baril à 50 dollars. 
S’il se prolongeait, l’actuel effondrement des cours va donc provoquer une crise majeure. D’autant plus que la production baisse. Ainsi, durant le 3e trimestre 2018, la branche des hydrocarbures dans son ensemble a décliné de 7,8%. Au 4e trimestre, la production de pétrole brut et de gaz naturel a chuté de 3% et le raffinage de pétrole brut de 12% (Office national des statistiques 12 janvier 2019), car les gisements s’épuisent. 
Encore plus grave, aucune découverte majeure susceptible de redresser le volume des productions n’a été faite. De plus, le coût d’un champ pétrolier ou gazier algérien est plus élevé que chez les autres grands producteurs de pétrole. 
Le déficit commercial algérien qui était de 6,11 milliards de dollars fin 2019 va donc exploser et l’Algérie va devoir emprunter afin de sauver la paix sociale. Illustration de la catastrophe annoncée, pour rééquilibrer son budget, l’Algérie aurait besoin d’un baril à 100 dollars…

dimanche 22 mars 2020

Cours n°4 : L'afrocentrisme, une imposture historique ?

Pour son quatrième cours vidéo, Bernard Lugan a choisi de s’intéresser à l’afrocentrisme, ce courant historique popularisé par Cheikh Anta Diop et qui fait de l’Afrique le berceau des civilisations.
Il répond notamment aux questions suivantes :
- L’Homme vient-il d’Afrique ?
- Les anciens Egyptiens étaient-ils Noirs ?
- Les Africains ont-ils découvert l’Amérique ?

Un cours d’utilité publique, particulièrement à propos en période de confinement.

Bande annonce :



Pour visionner le cours, s'inscrire sur Les Cours de Bernard Lugan

Le cours est divisé en 3 parties (format HD) consultables pour une durée illimitée.
Comme précédemment, les abonnés à l'Afrique Réelle bénéficient d'un coupon de réduction de 30%.

mercredi 18 mars 2020

Le Covid-19, une chance pour l’Afrique ?

Avant la crise du Covid-19, des dizaines de millions de jeunes africains voyaient l’Europe comme une terre à prendre peuplée de vieillards repus ou épuisés, d’hommes mentalement castrés par les groupes de pression féministes, de femmes n’enfantant plus et dont les dirigeants étaient soumis au diktat de l’émotionnel… Encore plus merveilleux, au nom des « anciennes vertus chrétiennes devenues folles » (Chesterton), le pape « François » les encourageait à s’introduire par effraction dans cette Europe gavée.

Or, ce n’était  pas le jihadisme que fuyaient ces « migrants ». En Afrique, ce dernier provoque en effet trois fois moins de victimes que les morsures des serpents. En 2017, mamba, vipères des sables et autres naja, tuèrent ainsi entre 25 000 et 30 000 malheureux et fait autant d’infirmes (source Slate Afrique). Nous étions donc au terme du processus entre la lente et mortelle asphyxie "soustellienne" de l'intégration et le "radeau de la Méduse" de la laïcité...

Mais voilà que le Covid 19 va peut-être forcer Européens et Africains à revenir au réel grâce au principe de « l’imprévu dans l’histoire » si magnifiquement conceptualisé par Dominique Venner.
En effet, comme le Covid 19 va demander d’immenses efforts à l’Europe pour se relever,  délaissée, l’Afrique va donc devoir se prendre enfin en main. Cela passera par trois grandes mesures :

1) Régler la question démographique

Avec un taux de croissance de 4% la population africaine double tous les 18-20 ans.
Résultat, d’ici à 2030, l’Afrique va voir sa population passer de 1,2 milliard à 1,7 milliard, avec plus de 50 millions de naissances par an. Puis, en 2100, avec plus de 3 milliards d’habitants, le continent africain abritera 1/3 de la population mondiale, dont les trois quarts au sud du Sahara. Le principal blocage de toute politique familiale étant à la fois culturel et religieux, les dirigeants africains devront donc prendre des mesures très courageuses. Ou bien l’Afrique mourra.

2) Oublier le mythe du développement
 
Bloqués par leurs présupposés idéologiques, moraux et religieux, les dirigeants européens qui s’obstinaient à ne pas tenir compte des réalités, avaient choisi de s’accrocher au mythe du « développement », refusant de voir que tout avait déjà été tenté en ce domaine depuis les indépendances. En vain car, en dépit des sommes abyssales déversées pour la faire « démarrer », l’Afrique n’avait cessé de régresser. En effet, comme il fallait une croissance de 7% par an pour simplement commencer à réduire la pauvreté, le calcul était vite fait, année après année, il manquait donc à l’Afrique entre 3 et 4% de croissance, ce qui faisait que loin de se combler, la pauvreté africaine augmentait.
D’ailleurs, comment prétendre développer l’Afrique quand les investisseurs s’en détournaient ? Dans son rapport de mai 2018, la BAD (Banque africaine de développement) soulignait ainsi que pour les investissements dans le seul domaine des infrastructures, l’Afrique avait besoin annuellement de 170 milliards de dollars d’IED (Investissements étrangers directs), alors que, au total de tous ses postes, elle n’en reçut que 60 mds. Avec le Covid 19, il y a fort à parier qu’elle en recevra encore  moins.
Or, ses besoins seront de plus en plus colossaux car la baisse du prix du pétrole et de presque toutes les matières premières va avoir des conséquences catastrophiques pour des pays tirant entre 75 et 98% de leurs recettes de ces productions. Phénomène aggravant, quand les cours étaient hauts, ces pays pensèrent que la manne était éternelle et ils dépensèrent alors sans compter. Résultat, aujourd’hui, comme ils se trouvent face à des échéances qui ne sont plus couvertes, les voilà donc contraints de s’endetter pour continuer à financer des projets non soldés ou tout simplement pour acheter la paix sociale et éviter la révolution. A peine sortis de la mortelle spirale de l’endettement des années 1980-1990, ils y ont donc replongé.

3) Répudier la religion démocratique et le credo des « droits de l’homme »

Dans les Afriques où la criante nécessité d’Etats forts est une évidence, l’impératif démocratique décrété à la Baule par le président François Mitterrand le 20 juin 1990 a eu des conséquences désastreuses. Le multipartisme y a en effet affaibli des Etats en gestation et réveillé les luttes de pouvoir à travers des partis qui ne sont, dans leur immense majorité, que des habillages ethniques. C’est pourquoi il importe :

- De permettre à l’Afrique de reprendre au plus vite ce « raccourci autoritaire » qui traumatise tant les démocrates européens, mais qui, seul, est susceptible de provoquer une coagulation nationale.

- De répudier le système électoral fondé sur le destructeur principe de « un homme une voix ». Donnant automatiquement le pouvoir aux peuples les plus nombreux selon la loi de l’ethno-mathématique électorale, il fait donc des membres des ethnies minoritaires des citoyens de seconde zone ; d’où d’incessantes guerres civiles.

- D’encourager les Africains à réfléchir à des modes électoraux communautaires et non plus individuels.

En un mot, les Africains doivent se décoloniser mentalement pour revenir à la culture du chef en laissant celle du consensus mou aux donneurs de leçons européens. Le salut de l’Afrique en dépend. Tout le reste n’est que balivernes européocentrées.

L’Afrique qui va être délaissée par les pays dits « riches » doit donc profiter de l’ « opportunité » du Covid 19 pour lancer  cette révolution salvatrice[1].

Bernard Lugan

mercredi 11 mars 2020

Dix ans d’expertises devant le Tribunal Pénal International pour le Rwanda





















26 années après le drame, l’histoire du génocide du Rwanda n’est connue que par sa version officielle. Ecrite par les vainqueurs, elle est répétée en boucle par des médias alignés sur la doxa imposée par le régime du général Kagamé.

Cette histoire officielle tient en trois points :

1) Le 6 avril 1994, les « extrémistes » hutu abattirent l’avion du président hutu Habyarimana.

2) Dans la nuit du 6 au 7 avril, ces mêmes « extrémistes » hutu firent un coup d’Etat afin de mettre en place le GIR (Gouvernement intérimaire rwandais), qui entreprit de déclencher le génocide des Tutsi, un génocide programmé de longue date.

3) Les forces tutsi du FPR furent alors contraintes de violer le cessez-le-feu en vigueur afin de sauver les populations du massacre.

Or, cette histoire est  fausse[1] car :

1) Les « extrémistes » hutu n’ont pas assassiné leur propre président.

2) Il n’y a pas eu de coup d’Etat dans la nuit du 6 au 7 avril, mais tout au contraire, tentative de respecter la légalité constitutionnelle par la formation d’un pouvoir civil.

3) Le FPR a déclenché son offensive dès l’annonce de la mort du président Habyarimana, donc plusieurs heures avant les premiers massacres. Sachant qu’il allait ethno-mathématiquement  (90% de Hutu et 10% de Tutsi) perdre les élections au terme de la période de transition, sa seule possibilité de parvenir au pouvoir était en effet une victoire militaire.

Face au montage historique visant à légitimer la prise de pouvoir du FPR par la force, la véritable histoire du génocide du Rwanda a été écrite, jour après jour, et cela durant près de 15 années devant les quatre Chambres du TPIR (Tribunal pénal international pour le Rwanda), créé le 8 novembre 1994 par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

Ce tribunal siégeant à Arusha, en Tanzanie, et qui a clôturé ses travaux  le 31 décembre 2015, a jugé 69 personnalités hutu. Lors de ces procès, des milliers de témoignages, des dizaines de milliers de documents écrits, sonores, photographiques ou filmés ont été produits et des dizaines de rapports d’expertise ont été présentés et défendus. Or, ceux qui prétendent parler du Rwanda n’ont jamais consulté ces archives, et quand ils les évoquent, ce n’est le plus souvent que par ouï-dire…

Et pourtant, au fil des audiences, une nouvelle version de l’histoire du génocide du Rwanda fut écrite qui est venue bouleverser sur trois points fondamentaux, à la fois l’état des connaissances que l’on avait en 1994, et l’entreprise de désinformation des officines alimentées par Kigali:

1) Aucune des quatre Chambres composant le TPIR n’a retenu la validité du cœur de l’histoire officielle, à savoir la préméditation du génocide. Selon les juges, l’Accusation ne fut en effet pas en mesure de démontrer que le génocide avait été programmé, le Procureur n’ayant pas apporté la preuve de l’existence d’une entente antérieure au 6 avril 1994 en vue de le planifier et de l’exécuter.

2) Le postulat de la planification envolé, quel fut donc le déclencheur de ce génocide ? Là encore, la réponse est très claire : devant les quatre Chambres du TPIR, il a été acté que ce fut la mort du président hutu Habyarimana, tué dans l’explosion de son avion abattu par deux missiles dont nous connaissons l’origine, les numéros d’identification ainsi que l’identité de ceux qui les tirèrent... Qui a donc ordonné cet attentat ? Sous la pression des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne, le TPIR n’eut pas l’autorisation d’enquêter sur ce crime. La seule certitude est que cet attentat ne fut pas commis par des « extrémistes » hutu…

3) Le 6 avril 1994, dès la nouvelle de la mort du président Habyarimana connue, les forces du général Kagamé ont lancé une offensive préparée depuis plusieurs semaines contre l’armée nationale rwandaise désemparée par la mort de son chef d’état-major tué lors de l’attentat, et dont l’armement avait été consigné par l’ONU dans le cadre du cessez-le-feu et des accords de paix. 

Expert assermenté devant le TPIR dans huit des principaux procès qui s’y sont tenus, j’ai préparé et rédigé huit rapports d’expertise que j’ai ensuite présentés et défendus devant les différentes Chambres entre 2002 et 2012.

Conservés dans les archives du TPIR, ces rapports n’étaient jusque-là accessibles qu’à un public plus que restreint. Aucun journaliste ou « expert » prétendant parler du Rwanda ne les a consultés. Et pourtant, ces huit rapports constituent des éléments essentiels à la compréhension en profondeur des tragiques évènements qui embrasèrent le Rwanda entre 1990 et 1994. Ils marquent également  autant d’étapes dans l’évolution de l’historiographie du génocide et ils permettent de comprendre le fonctionnement interne de cette énorme machine que fut le TPIR.

Regroupés dans un volume de 585 pages, ces huit rapports constituent un socle de connaissances en dehors duquel il est illusoire de prétendre parler du génocide du Rwanda d’une manière scientifique.



Table des matières

Chapitre I : L’affaire Bagosora (TPIR-98-41-T)

1. Les relations Hutu-Tutsi dans l’ancien Rwanda et jusqu’en 1990
2. La vie politique rwandaise de 1990 à 1994
3. Les 6, 7, 8 et 9 avril 1994
4. Les postulats d’A. Des Forges, les initiatives du général Dallaire et les hypothèses de F. Reyntjens.

Chapitre II : L’affaire Tharcisse Renzaho (TPIR-97-31-I)

1. Les mécanismes de l’écriture de l’histoire officielle du génocide du Rwanda
2. Le nouvel état des connaissances
3. L’enchaînement qui a conduit au génocide
4. La situation à Kigali. Que pouvait faire le préfet Renzaho ?

Chapitre III : L’affaire Jérôme-Clément Bicamumpaka (TPIR-99-50-T)

1. La vie politique rwandaise de 1962 à 1992
2. Les problèmes internes du MDR et du PL
3. Le GIR était-il légitime ?
4. Analyse du discours prononcé par JC Bicamumpaka devant le Conseil de sécurité de l’ONU le 17 mai 1994

Chapitre IV : L’affaire Protais Zigiranyirazo (TPIR-2001-73-T)

1. La thèse de la planification du génocide peut-elle être encore soutenue ?
2. Comment la diabolisation du régime Habyarimana fut-elle organisée ?
3. La stratégie du FPR pour la conquête du pouvoir peut-elle expliquer l’exacerbation des tensions et la perte des points de repère de toute une population ?

Chapitre V : L’affaire Edouard Karemera (TPIR-98-44-T

1. Le Rwanda entre démocratisation et guerre
2. Le génocide a-t-il été planifié ?
3. La planification de la tension par le FPR
4. De la nuit du 6 au 7 avril à la mi-Juillet 1994

Chapitre VI : L’affaire Innocent Sagahutu (TPIR-2000-56-T)

Préambule : Le passé militaire du capitaine Sagahutu
1. L’Acte d’Accusation contre le capitaine Innocent Sagahutu
2. L’état des connaissances dans la question des responsabilités de l’assassinat des Casques bleus belges et d’Agathe Uwilingiyimana

Chapitre VII : L’affaire Augustin Bizimungu (TPIR-2000-56-T)

Préambule : Un Acte d’Accusation en décalage par rapport à l’évolution de l’historiographie
1. Les fausses raisons de la guerre d’octobre 1990, de l’attaque du 5 juin 1992 et de celle du 8 février 1993
2. La Défense civile et la « définition de l’Ennemi » (ENI), les deux piliers de l’Acte d’Accusation
3. L’action du général Dallaire
4. Le général Augustin Bizimungu

Chapitre VIII : L’affaire Ildephonse Nizeyimana (TPIR-2000-55-PT)

1. Existait-il une identité « nordiste » ?
2. Quel était le poids et l’influence des « Nordistes » à Butare ?
3. Un capitaine, pouvait-il exercer « un contrôle, une autorité et une influence de facto et de jure sur l’ensemble des forces armées de la région » de Butare ?

Conclusion générale


Table des annexes

Annexe n°1 : Attestation par le Greffe du TPIR de la qualité d’expert de Bernard Lugan.

Annexe n°2 : Les jugements dans les affaires Bagosora, Zigiranyirazo, Bizimungu, Ngirumpatse et Karemera réduisent à néant le postulat du génocide programmé.

Annexe n°3 : Le TPIR refuse d’enquêter sur l’attentat déclencheur du génocide.

Annexe n°4 : L’emblématique affaire Emmanuel Ndindabahizi (TPIR-01-71).

Annexe n°5 : Quand Jean-Pierre Chrétien et Jean-François Dupâquier se comportent en spadassins du Procureur contre Ferdinand Nahimana (TPIR-99-52). Le mea culpa de l’association Reporters sans frontières.

Annexe n°6 : Quand Jean-Pierre Chrétien présente un rapport qu’il a si peu écrit…

Annexe n°7 : Un emblématique faux témoin de l’Accusation.

Annexe n°8 : Pour tenter de montrer que les FAR possédaient des missiles, l’Accusation viole le principe de neutralité, cependant que le porte-parole du TPIR commet ce qui pourrait s’apparenter à une forfaiture…


Pour obtenir le document au format PDF (585 pages/30 euros) :




[1] Voir à ce sujet mes livres dont :
- Rwanda : le génocide, l’Église et la démocratie, éditions du Rocher, 2001.
- François Mitterrand, l’armée française et le Rwanda, éditions du Rocher, 2005.
- Rwanda. Contre-enquête sur le génocide, éditions Privat, 2007.
- Rwanda : un génocide en questions, éditions du Rocher, 2014. 
Ces quatre livres marquent autant d’étapes dans la connaissance de l’histoire du génocide du Rwanda.