lundi 3 février 2020

Algérie : pour comprendre comment le « Système » l’a emporté sur la rue


Après plus d’un an de « hirak », demeuré maître du calendrier qu’il avait lui-même fixé, et en dépit de la poursuite de manifestations qu’il va maintenant s’efforcer de faire apparaître comme jusqu’au-boutistes, le « Système » algérien que l’on disait condamné, a finalement triomphé de la rue.
Une victoire qui s’est faite sans ces scènes d’anarchie qui défigurent la France depuis deux ans, et sans ces massacres de foules qui se produisent régulièrement dans le monde arabo-musulman. Un cas d’école…dans l’attente  de l’avenir qui  dira si cette victoire ne fut que provisoire.
Pour comprendre comment s’est fait le triomphe du « Système » algérien sur la rue qui le contestait, il importe d’écarter l’écume médiatique et les emballements idéologiques pour aller au fond des réalités algériennes (voir à ce sujet mon livre Algérie, l’Histoire à l’endroit).

Explications et développement :

La suite de cette analyse est réservée aux abonnés à l'Afrique Réelle. Pour la recevoir par courriel, vous devez être abonné. 

1 commentaire:

  1. Les frontières de l'algérie ont été tracées par la France coloniale à une époque où celles-ci correspondaient exactement à ses propres intérêts, et à son projet d'exploitation des réserves de gaz et de pétrole du Sahara. Le faux postulat d'un peuple prétendument arabe fût introduit par Napoléon III à l'égo démesuré qui rêvait de règner sur un grand empire colonial arabe, en rivalité à celui de la couronne britannique. Les berbères qui ont toujours lutté pour leur indépendance depuis l'antiquité sont les kabyles, qui ont d'ailleurs payé le plus lourd tribut durant la guerre d'indépendance, voir l'excellent documentaire "Wilaya III", et qui se sont fait littéralement spoliés par les serviles supplétifs pseudo-arabes de la soi-disant ALN des frontières, tous planqués à Oujda et à Tunis.

    RépondreSupprimer