mardi 26 mars 2019

Le dernier stratagème du régime algérien peut-il réussir?

(Ce communiqué peut être reproduit à condition d’en citer la source)

Paniqué par l’ampleur des manifestations populaires, et craignant de les voir évoluer vers un processus révolutionnaire incontrôlable, les vrais maîtres de l’Algérie viennent de tenter un coup de poker destiné à leur permettre de conserver la réalité du pouvoir. En faisant jouer l’article 102 de la Constitution qui autorise à faire constater par le Conseil constitutionnel que le président Bouteflika se trouve dans l’impossibilité d’exercer ses fonctions, le régime algérien tente en effet de gagner plusieurs mois d’un précieux répit qui va lui permettre de contrôler l’organisation du futur scrutin présidentiel. Explications :

1) Faire constater l’incapacité du président Bouteflika permet de vider l’abcès en  donnant une satisfaction à bon compte à une grande partie des manifestants, tout en isolant les jusqu’au-boutistes qui veulent un changement de régime et la fin du système FLN.

2) Cette décision permet de replacer l’armée au centre du pouvoir, mais une armée qui joue la carte de la légalité et qui apparait comme ressoudée, un voile ayant été mis sur ses profondes fractures.

3) Cette reconnaissance d’inaptitude  ne changera rien au fonctionnement du pouvoir puisque, quasi inconscient depuis plusieurs années, ce n’était plus Abdelaziz Bouteflika qui gouvernait.

4) Le parlement, sur proposition du  Conseil constitutionnel va  donc, à la majorité des 2/3, constater l’incapacité présidentielle et, comme le veut la Constitution, l’intérim va être assuré pour 45 jours par Abdelkader Bensalah, le président du Conseil de la Nation. Puis, si au bout de ces 45 jours, l’incapacité présidentielle est confirmée, la vacance du pouvoir sera alors constatée et Abdelkader Bensalah aura 90 jours au maximum pour organiser une élection présidentielle. Donc au total, 45 jours plus 90 jours, un vrai ballon d’oxygène pour le régime alors-que le couperet du 28 avril devait marquer la fin de la présidence Bouteflika.

5) Comme Tayeb Belaiz, le président du Conseil constitutionnel, et Abdelkader Bensalah, le président du Conseil de la Nation, sont deux fidèles du clan Bouteflika, il est logique de penser qu’ils vont tout faire pour gérer la période qui s’ouvre au mieux des intérêts de ce dernier puisqu’ils en sont une composante. Ils vont être aidés en cela par l’appareil du FLN, notamment par Amar Saadani,  ancien secrétaire général du mouvement qui,  le dimanche 24 mars, a allumé la mèche du processus actuel en déclarant qu’Abdelaziz Bouteflika était le jouet du Premier ministre Ahmed Ouyahia…et que c’était ce dernier qui non seulement dirigeait l’Algérie, mais encore écrivait les lettres attribuées au président.

6) Un bouc-émissaire commode est donc trouvé et désigné à la foule, ce qui devrait permettre de sauver la tête de Saïd Bouteflika, des caciques du FLN, des oligarques et des généraux qui ont gouverné l’Algérie à leur profit, en s’appuyant sur l’ « alliance des coffres forts et des baïonnettes ».

La rue sera-t-elle dupe de la manœuvre ? Va-t-elle se laisser confisquer sa révolution ? L’avenir le dira… Une situation à suivre ! 

3 commentaires:

  1. Bonjour M. Lugan,
    Des puissances étrangères ont-elles une influence dans ce ''souk politique'' ou est-ce une affaire purement algérienne ?
    Merci.

    RépondreSupprimer
  2. Ouyahia une bonne tête de turc ,pardon je voulais dire tête de kabyle a donner en pâture à ces marcheurs sans tête ni queue.Ils y en a même qui brandissent le drapeau palestinien . Pauvre Algérie

    RépondreSupprimer
  3. l'Algérie et actuellement prête pour tomber aux mains de ceux qui ont été à la manœuvre depuis 1944... Et qui par un subtil jeux ont viré la France, les algériens ni ont rien gagnés, pas plus que nous n'avons rien gagnés a la Révolution de 1789! Tout ça pour dire que leurs sort est celé depuis longtemps par la FED ( americano-sioniste) et le groupe Bilderberg. Les ressources naturelles qui vise là vont être volées et ils pourront memm utiliser le peuple algérien ( pas tous bien sûr) à des fins de déstabilisation du Maroc,de la Tunisie et de l'Europe. Pensez vous Mr Lugan que je sois un peu dans le vrai ? Merci pour vos analyses et votre pugnacité bien Française.Bien cordialement Martial

    RépondreSupprimer