jeudi 29 juin 2017

Rwanda : M. de Saint-Exupéry accuse t-il la France afin de protéger le général Kagamé ?

Communiqué de Bernard Lugan[1]

Fidèle caisse de résonance du régime de Kigali, la presse française donne actuellement une énorme publicité à un insignifiant article de M. Patrick de Saint-Exupéry dans lequel, sans la moindre preuve, sans la publication du moindre document nouveau, et uniquement sur la base de sous-entendus orientés, il accuse la France d’avoir voulu « réarmer » les génocidaires rwandais durant l’été 1994. 
Plus encore, voilà maintenant la BNP qui est désormais soupçonnée d’être partie prenante dans cette rocambolesque affaire. 
L’explication d’une telle campagne orchestrée depuis le Rwanda est pourtant limpide: l’étau se refermant peu à peu sur le régime Kagamé, dans le cadre de l’enquête sur l’attentat contre l’avion du président Habyarimana, ses amis français sont actuellement à la manœuvre afin d’intimider Emmanuel Macron, comme ils avaient si bien réussi à le faire avec Nicolas Sarkozy et François Hollande. A une différence près : depuis quelques mois, les éléments qui s’accumulent sur le bureau des magistrats français et qui mettent directement en cause le régime de Kigali dans le déroulé des évènements de l’année 1994 sont tels qu’il est désormais impossible d’étouffer l’affaire…

Deux points sont établis :

1) L’attentat du 6 avril 1994 qui provoqua la mort du président hutu Habyarimana fut le déclencheur du génocide. 

2) La thèse du régime de Kigali, à savoir celle du génocide « programmé » et « planifié » par les « extrémistes » hutu, a volé en éclats devant le TPIR (Tribunal pénal international pour le Rwanda). Ce tribunal créé par le Conseil de sécurité de l’ONU et siégeant à Arusha de 1995 à 2016, a en effet, dans ses jugements concernant les « principaux responsables du génocide » -dont celui du colonel Bagosora présenté comme l’architecte du génocide-, que ce soit en première instance ou en appel, clairement établi qu’il n’y avait pas eu « entente » pour le commettre[2]. Si ce génocide n’était pas programmé, c’est donc qu’il fut spontané, et ce qui le provoqua fut l’assassinat du président Habyarimana. 

Voilà pourquoi la question de savoir qui a ourdi cet attentat est primordiale. Or, il n’y a jamais eu d’enquête internationale menée sur ce crime qui coûta la vie à deux présidents en exercice élus, celui du Rwanda et celui du Burundi, qui avaient pris place dans le même avion. 

Par les énormes pressions qu’ils exercèrent sur le Conseil de sécurité de l’ONU, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, alliés indéfectibles du régime de Kigali, réussirent en effet à interdire au TPIR de mener cette enquête. 

Au mois de janvier 1997, Madame Louise Arbour, Procureur du TPIR de septembre 1996 à septembre 1999, ordonna ainsi à Michael Hourigan de cesser ses investigations. Ce fonctionnaire de l’ONU avait pourtant été personnellement chargé par elle, d’identifier les commanditaires et les auteurs de l’attentat du 6 avril 1994. Madame Arbour voulait alors étayer l’acte d’accusation rachitique qu’elle était occupée à dresser contre les anciens dirigeants du régime Habyarimana, en montrant que cet attentat avait été commis par des « extrémistes hutu », et qu’en le commettant, ces derniers avaient donné le signal du génocide qu’ils avaient programmé.
Or, sur place, à Kigali, menant son enquête, Michael Hourigan découvrit tout au contraire que les auteurs de l’attentat n’étaient pas des « Hutu extrémistes », mais des Tutsi du FPR… et il obtint même les noms de ceux qui, selon lui, auraient abattu l’avion du président Habyarimana. Il rédigea un rapport qu’il remit personnellement à Madame Arbour qui le somma alors de mettre un terme à ses recherches, exigeant la confidentialité absolue sur ses découvertes. Le contrat de Michael Hourigan avec l’ONU ne fut pas renouvelé. 

Saisie par les familles de l’équipage français de l’avion présidentiel abattu, la justice française s’est ensuite risquée sur cette affaire qui fut confiée au juge Bruguière. Bien que le TPIR ait refusé de le lui communiquer, et cela au prétexte qu’il n’existait pas ( !!!), le juge Bruguière obtint malgré tout une copie du « Rapport Hourigan ». Puis, devant le juge, Michael Hourigan authentifia son texte dont il confirma la teneur. Poussant plus loin ses investigations, le juge Bruguière interrogea le capitaine sénégalais Amadou Deme, adjoint de Michael Hourigan et ancien numéro 2 du renseignement de l’ONU au Rwanda. Cet officier lui confirma à la fois les résultats de l’enquête à laquelle il avait personnellement participé, et l’insolite changement d’attitude de madame Arbour à partir du moment où le FPR fut suspecté d’avoir assassiné le président Habyarimana.
Le 16 novembre 2006, au terme de son enquête, le juge Bruguière accusa à son tour le général Kagamé et il lança neuf mandats d’arrêt contre des membres importants de son premier cercle. Après le départ à la retraite de ce magistrat, l’enquête fut reprise par le juge Trévidic, puis par les juges Herbaut et Poux.

Au mois de juillet 2013 puis en janvier 2014, le juge Trévidic interrogea Jean-Marie Micombero, ancien secrétaire général au ministère rwandais de la Défense et qui, le 6 avril 1994, était affecté à une section chargée du renseignement dépendant directement de Paul Kagamé. Le témoin lui confirma les noms des deux membres de l'armée de Paul Kagamé qui, le 6 avril 1994, auraient tiré les deux missiles qui abattirent l’avion présidentiel. Il livra également au juge nombre de détails sur les préparatifs et sur le déroulement de l’attentat[3]. Ces déclarations recoupaient en les confirmant celles recueillies en leur temps par le juge Bruguière auprès d’autres témoins.

La contre-attaque du général Kagamé se fit à travers ses puissants réseaux d’influence français et par le biais d’une presse qui ne cessa jamais de lui servir de porte-voix, notamment LibérationLe Monde et Le Figaro.
Appuyé sur les uns et sur les autres, il tenta de répétitives manœuvres dilatoires destinées à discréditer le travail du juge Bruguière. Mais, au moment où, de guerre lasse, le juge Trévidic s’apprêtait à clôturer son instruction, trois témoins de la plus haute importance se manifestèrent.

Il s’agissait du général Faustin Kayumba Nyamwaza, ancien chef d’état-major de l’APR (Armée patriotique rwandaise, l’armée tutsi), à l’époque responsable du renseignement militaire, du colonel Patrick Karegeya, ancien chef des renseignements du Rwanda, tous deux réfugiés en Afrique du Sud d’où ils accusaient de la façon la plus claire le président Kagamé d’être le responsable de l’attentat du 6 avril 1994 qui coûta la vie au président hutu Habyarimana, et d’Emile Gafarita qui prétendait être l'un des trois membres du FPR qui transportèrent depuis l'Ouganda jusqu'à Kigali les missiles qui abattirent l'avion du président Habyarimana.

Au mois de juin 2010, le général Kayumba survécut par miracle à une tentative d’assassinat dont les auteurs, des Rwandais, furent arrêtés et jugés en Afrique du Sud. Le colonel Patrick Karegeya fut étranglé le 31 décembre 2013 dans sa chambre d’hôtel de Johannesburg.
Emile Gafarita fut quant à lui enlevé à Nairobi le 13 novembre 2014 à la veille de son départ pour la France où il devait être interrogé par le juge Trévidic. Dans la procédure de réouverture d'instruction qui était alors en cours, la teneur de ce que le témoin-acteur allait dire aux juges était accessible à la Défense. Cette dernière informa ses clients de l’existence d’Emile Gafirita et de son prochain témoignage. Avocat de l’Etat rwandais (Afrikarabia, 19 octobre 2016) et de 6 des 7 mis en examen, M° Léon-Lef Forster, dans un entretien avec la journaliste canadienne Judi Rever[4] l’a reconnu:« J’ai informé les mis en examen, un avocat a l’obligation d’indiquer à ses clients où en est la procédure…il est parfaitement légitime que les clients soient informés des raisons pour lesquelles le dossier est ré-ouvert ».

A partir de ce moment, Emile Gafirita fut en danger de mort[5]. Dans ces conditions, il est pour le moins « insolite » que les juges français qui allaient l’interroger n’aient pas pris la précaution de le mettre sous protection. D’autant plus qu’Emile Gafirita se savait menacé et que, dans l’attente de sa convocation qui arriva le jour de sa disparition, il avait écrit par mail à son avocat, M° Cantier, qu’il souhaitait être entendu : « le plus vite serait le mieux avant qu’ils ne me fassent taire à jamais ».

Emile Gafirita avait demandé à être entendu sous X avec le statut de « témoin protégé », ce qui ne lui fut pas accordé par le juge Trévidic. Et pourtant, comme l’a révélé plus tard Emmanuel Fansten dans Libération du 4 mars 2015, à la même époque, le juge Trévidic qui enquêtait sur l’attentat de la rue Copernic entendit sous X un ancien membre du groupe Abou Nidal.
Pourquoi une telle différence de traitement ? Le juge Trévidic justifia son refus d’entendre anonymement Emile Gafarita « par le nombre conséquent de manipulations constatées dans l’instruction» (Jeune Afrique, 9 décembre 2014). Cette explication laisse pour le moins perplexe car le juge d’instruction a précisément parmi ses missions celle de faire le tri entre les éléments qu’il recueille. Dans tous les cas, ceux qui enlevèrent Emile Gafirita ne partageaient pas ses doutes…

La justice française a donc été incapable de protéger ce témoin essentiel puisque ses ravisseurs ont été prévenus qu'il était depuis quelques semaines à Nairobi où il vivait clandestinement sous un nom d'emprunt dans l'attente de son départ pour la France. 
Dans son livre "La France dans la terreur rwandaise" (Editions Duboiris, 2014, page 302), le journaliste Onana rapporte de graves propos tenus par le colonel Karegeya peu avant son assassinat: " (...) tout ce que fait votre juge (Trévidic) se trouve dans les médias, même les noms des témoins qui peuvent ainsi être retournés par Kigali ou assassinés".

Allons plus loin : certaines sources sud-africaines laisseraient entendre que des fonctionnaires de l’ambassade de France à Pretoria auraient oralement tenté de dissuader, fin novembre 2016, les autorités judiciaires sud-africaines d’accorder aux magistrats français les possibilités d’entraide judiciaire leur permettant d’interroger le général Nyamwaza.
Le 30 novembre 2016, interloquées par cette demande orale insolite, les autorités sud-africaines auraient alors demandé que cette requête soit formulée par écrit… ce qui aurait mis un terme à cette tentative d’entrave à la justice…et, les quatre « visas » des autorités judiciaires sud-africaines nécessaires à l’exécution de l’entraide judiciaire internationale furent accordés aux juges français mi-février 2017. Avant d’être bloqués à la fin du mois à la suite de la visite exceptionnelle faite en Afrique du Sud par le général Joseph Nzabamwita, Responsable des services nationaux de renseignement et de sécurité (NISS), envoyé du général Kagamé.

Dans une enquête très documentée parue dans le « UN », n°140 du 1° février 2017 sous le titre « Récit d’une manipulation », Pierre Péan explique comment, à partir de l’arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy et jusqu’au départ du juge Trévidic, un groupe comprenant diplomates, magistrats, politiques et hommes de l’ombre, groupe relayé par les réseaux pro-Kagamé français se serait ingénié à saboter l’enquête du juge Bruguière. Cet article n’a été relayé par aucun média français bien qu’il détaille de nombreux et très graves faits d’entrave à la justice.

Quoiqu’il en soit, loin des tumultes et des manipulations médiatiques, un dossier existe et, pour le régime de Kigali, ses avancées pourraient être dévastatrices. Voilà pourquoi ses amis ont reçu l’ordre d’allumer des contre-feux et voilà pourquoi, la presse française est actuellement et une nouvelle fois à la manœuvre.

Que contient en effet le dossier des juges Herbaut et Poux ?

Les éléments qui figurent dans le dossier d’instruction pèsent plus lourd que les sous-entendus de M. de Saint-Exupéry :

1) Le dossier donne, entre autres, le lieu du tir des missiles, les noms des deux tireurs et des membres de leur escorte, la marque et la couleur des véhicules utilisés pour transporter les missiles depuis l’Ouganda jusqu’au casernement de l’APR situé au centre de Kigali et de là, jusqu’au lieu de tir à travers les lignes de l’armée rwandaise, ainsi que le déroulé de l’action.

2) Le dossier contient la preuve que l’avion présidentiel rwandais a été engagé par deux missiles dont la traçabilité a été établie. Grâce à la coopération judiciaire de la Russie, la justice française sait en effet que ces deux missiles dont les numéros de série étaient respectivement 04-87-04814 et 04-87-04835 faisaient partie d’un lot de 40 missiles SA-16 IGLA livrés à l’armée ougandaise quelques années auparavant. Or, Paul Kagamé et ses principaux adjoints furent officiers supérieurs dans l’armée ougandaise avant la guerre civile rwandaise et, de 1990 à 1994, l’Ouganda fut la base arrière, mais aussi l’arsenal du FPR. De plus, devant le TPIR, il fut amplement démontré que l’armée rwandaise ne disposait pas de tels missiles et que l’arme du crime était bien entre les mains du FPR.
D’autant plus qu’au mois d’août 2016, la MONUSCO a saisi en RDC un missile de type SA-16 de la même série que ceux qui furent tirés contre l’avion du président Habyarimana le 6 avril 1994. Or, ce missile avait appartenu à une milice soutenue par le Rwanda. Un rapport officiel de la MONUSCO a été transmis au siège de l’ONU à New-York qui visiblement tarde à le transmettre au juge français malgré les recommandations du rédacteur du rapport en question (Référence : Strictly Confidential. Goma, 20 septembre 2016).

En dépit de toutes les pressions qu’ils subissent et qui vont aller croissant, il faudra bien que, tôt ou tard, les juges fassent la balance entre les éléments que contient le dossier de l’assassinat du président Habyarimana. Or, comme les magistrats instructeurs auraient entre les mains suffisamment d’éléments pour étayer la thèse de la responsabilité du général Kagamé dans l’attentat du 6 avril 1994 qui coûta vie au président Habyarimana, attentat qui fut l’élément déclencheur du génocide, tout va in fine dépendre du Parquet chargé de porter l’accusation à l’audience.

Nous voilà donc revenus à la politique, donc aux réseaux d’influence que Kigali entretient en France et dont la mission est de tenter d’influencer la Justice pour que soit étouffé le dossier car, comme l’a dit Madame Carla Del Ponte qui succéda à Louise Arbour au poste de Procureur du TPIR : « S’il était avéré que c’est le FPR qui a abattu l’avion du président Habyarimana, c’est toute l’histoire du génocide du Rwanda qu’il faudrait re-écrire ».
Et de cela, les alliés, les soutiens et les obligés du général Kagamé ne veulent évidemment pas entendre parler.

Pour en savoir plus, voir le livre de Bernard Lugan :
Rwanda : un génocide en questions
Editions du Rocher, 2014, 286 pages, cahier de cartes en couleur.

[1] Expert assermenté devant le TPIR (Tribunal pénal international pour le Rwanda) dans les affaires Emmanuel Ndindabahizi (TPIR-2001-71-T), Théoneste Bagosora ( TPIR-98-41-T), Tharcisse Renzaho (TPIR-97-31-I), Protais Zigiranyirazo. (TPIR-2001-73-T), Innocent Sagahutu (TPIR-2000-56-T), Augustin Bizimungu (TPIR- 2000-56-T) et commissionné dans les affaires Edouard Karemera (TPIR-98-44 I) et J.C Bicamumpaka (TPIR-99-50-T).
[2] A l’exception du jugement de Jean Kambanda, ancien Premier ministre condamné en 1998, après qu’il eut plaidé coupable contre la promesse d’une peine réduite, procédure qui de facto lui avait fait accepter l’acte d’accusation du procureur. Depuis, il est revenu sur cette reconnaissance.
[3] Voir à ce sujet l’interview recueillie par Pierre Péan intitulée « J’ai assisté à la préparation de l’attentat qui a déclenché le génocide » (Marianne numéro du 28 mars au 3 avril 2014).
[4] Judi Rever « Witness in French inquiry into 1994 Rwanda plane crash disappears ». 20 novembre 2014 en ligne.
[5] Le 18 novembre 2014, le professeur belge Filip Reyntjens, juriste spécialiste du Rwanda et expert devant le TPIR, écrivit à M° Bernard Maingain, avocat belge des mêmes officiels rwandais mis en examen par le juge Bruguière : « Si vous avez communiqué le nom de M. Gafirita, qu’on ne verra probablement plus, à vos clients rwandais, vous devriez avoir honte et votre conscience devrait être lourde » (cité par Jeune Afrique, 9 décembre 2014).

14 commentaires:

  1. Avec des si " on peut mettre Paris en bouteille".
    Si la France n'avait pas colonisé une partie de l'Afrique, cette France aurait beaucoup moins d' ennemis aujourd' hui.
    Les pays du continent africain qui ont été colonisés par la France et les leaders qui les représentent sont rongés par une infinie amertume.
    Que ce soit dans le passé, le présent et même dans le futur les relations france-afrique ont été, sont et seront toujours tumultueuses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Rwanda n'a jamais été une colonie de la France..

      Supprimer
    2. A ce que je sache la France n'a jamais colonisé le Rwanda!

      Supprimer
  2. À quand une bonne vidéo sur ce genre de sujet ? On ne vous voit nulle part...

    RépondreSupprimer
  3. "Les pays du continent africain qui ont été colonisés par la France et les leaders qui les représentent sont rongés par une infinie amertume"

    En quoi cela a -t-il un **quelconque** lien avec le sujet qua abordé M. Lugan?

    Quant à la haine qu'ont certains Africains envers la France, elle s'exprime à jet continu dans des médias de qualité médiocre comme RFI, où l'on entend des choses comme "bye bye la France et bonjour la Chine!".
    Si les pauvres Africains savaient comment les Chinois les considèrent et ce qu'ils leur réservent ils auraient baiser les pieds des Gaulois installés sur le continent en leur demandant de rester...

    L'Afrique est un naufrage, et ce n'est pas seulement dû à la colonisation...

    RépondreSupprimer
  4. Monsieur Lugan,
    L'article de M Saint Exupéry ne parle pas de l'attentat
    contre le président mais de la fourniture d'armes aux
    génocidaires en plein "travail" .
    C'est une action très grave.
    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  5. Incapable de réfuter les graves accusations portées, preuves à l’appui, contre lui et contre ses proches, le général-président-à-vie Kagame est incapable d’imaginer d’autre recours que d’accuser la France. Mais ses dossiers d’accusation sont à ce point mensongers et montés de toutes pièces qu'il n’ose venir les défendre ailleurs que devant une justice rwandaise à ses ordres (Michel Robardey, http://www.echosdafrique.com/20170701-pour-en-finir-avec-les-accusations-mensongeres-dun-etat-criminel-et-terroriste).

    RépondreSupprimer
  6. Excellente analyse. On voit enfin pourquoi St Exupéry revient sur le devant de la scène rwandaise après avoir été condamné pour diffamation d'officiers français. Kagamé est en difficultés dans le dossier de l'attentat du 6 avril 94, déclencheur du génocide. Les magistrats ne peuvent décemment pas, dans l'état actuel du dossier lui accorder le non-lieu après lequel Kagame court depuis des années.... Ce déchainement médiatique aussi partisan que dénué de preuve qu'a provoqué St EX n'a d'autre but que de faire une nouvelle fois pression sur les juges. On a déjà connu ça sous le règne Sarko/Kouchner..... Et comme on ne connait pas la position du nouveau président français à l'égard du dossier rwandais, on essaie de provoquer une réaction, pour voir....
    Mais comme d'habitude St EX affirme sans rien prouver!

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour monsieur LUGAN,

    Vous devriez, ce me semble, rappeler que le document de la DAS auquel se référe St Exupéry dans son article de la revue XXI est, comme toujours quand il sort un scoop, connu depuis vingt-cinq ans!
    Et que, comme toujours, St Ex oublie de préciser que (je cite) "Le 12 avril 95, la DAS a organisé une réunion pour examiner les (nombreuses) critiques formulées à l'égard du dossier d'évaluation politico-militaire de la crise au Rwanda qu'elle a publié le 24 février.... M. CONESA (DAS) a reconnu que les documents produits par la DRM avaient été "oubliés" .....Il a ensuite convenu que la chronologie jointe au dossier ne reflétait pas la réalité et qu'elle devait être corrigée..".

    Ainsi , c'est un document dont son auteur lui-même reconnait qu'il est incomplet, erroné et dot être corrigé que St Exupéry présente comme un scoop et comme seul élément de preuve de sa démonstration fallacieuse....
    Une étude sérieuse des errements de la DAS et de la DGSE sur le dossier rwandais en 1994/95 semble s'imposer. Elle permettrait peut-être de dire sous quelles influences ont agi ces deux organisme parisiens, en contradiction avec le reste des intervenants et en particulier en contradiction avec les hommes se trouvant sur le terrain.
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je confirme ces éléments, le but implicite de cette réunion était pour le politique de l'époque de chercher un fusible au sein de la communauté du renseignement pour expliquer d'éventuels dysfonctionnements dans la chaine du renseignement. La DAS n'était pas à une erreur d'appréciation près sur les dossiers africains puisque ses analyses stratosphériques étaient pondues par de jeunes diplômés sans aucune source ni expérience de terrain. Face à la levée de boucliers Pierre Conessa s'est couché et est allé à Canossa... La note en question a été retoquée puis remplacée par une autre en avril...

      Le procédé journaliste de Patrick de Saint Exupéry est éminemment douteux puisque se basant, en parfaite connaissance de cause, sur une note retoquée et un témoignage sujet à caution d'un officier de terrain, il tente de démontrer une thèse invérifiée par ailleurs.

      Enfin si ce réarmement avait bien été effectué mais certainement pas par des éléments de Turquoise quel en aurait le but et l'efficacité ? Qui a entendu parler d'opérations ou d'offensives d'ex FAR au Rwanda de septembre 1995 à aujourd'hui ?

      Ce n'est donc pas un scoop et un travail sérieux en dehors de tout cadre déontologique et là, pour le coup, PDSE n'est pas sérieux.

      Supprimer
    2. Je confirme ces éléments, la note en question a été retoquée puis infirmée par une autre en avril. Elle visait, sur ordre du ministre de la défense et de son conseiller JC Ruffin, a trouver un coupable d'un grade subalterne mais suffisant pour être le fusible d'éventuels dysfonctionnements dans la chaine du renseignement ce qui n'a pas été le cas, nos décideurs étant informés en temps réel de la situation au Rwanda depuis le début des années 90.

      Nous avions fait comprendre que nous ne nous laisserions pas faire. L'analyse de la DAS comme beaucoup d'autres d'ailleurs depuis sa création était le produit d'approximations stratosphériques de jeunes diplômés en "géopolitique" sans véritable rigueur intellectuelle ni aucune expérience du traitement de sources encore moins d'expérience de terrain. Face à la levée de boucliers et certaines évidences Pierre Conessa est donc allé à Canossa et s'est couché....

      Le procédé journaliste de Patrick de Saint-Exupéry sur cette thèse du réarmement des FAR par Turquoise qui consiste à publier un document "rat crevé" sans aucun rapport avec le sujet pour étayer une interprétation d'un officier de terrain, sujette à caution, est donc au minimum douteux.

      Pour les connaisseurs cette publication n'est donc certainement pas un scoop mais une opération de COM qui fera hoqueter d'indignation dans les chaumières mais discrédite totalement l'auteur.

      Supprimer
  8. En plus de cet intéressant communiqué de Bernard, je me demande aussi pourquoi tous ces commentaires dans les media Français arrivent juste à un mois des élections au Rwanda !

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour,

    L'époque de l'empire français est terminée, réveillons-nous ! Je rends hommage aux personnels français, et surtout leurs familles, victimes de ces exactions, mais je crois qu'il faut mettre un terme à notre action post-coloniale. Tout cela est désolant, mais nous n'avons plus l'argent et, surtout, la vision politique et les hommes pour mettre en oeuvre une stratégie profitable en Afrique comme ailleurs. La France, ombre de ce qu'elle fut, doit abandonner toute action politique à l'étranger : il est temps pour la France d'avoir le statut, en Afrique comme ailleurs, d'un pays comme la Suisse ou le Liechtenstein. Contentons-nous, peut-être, de conserver quelques miettes commerciale, après le passage des Américains et des Chinois et de tout état qui aurait encore du sang, cela serait plus réaliste. Les Africains ne se sentiront pas obligés de faire du lobbying à Paris et nous ne dépenserons plus les quelques sous qui nous restent à gigoter. Le peuple français est, plus que jamais, passif, ignorant, perdu dans un quotidien médiocre. Tous ces événements politico-diplomatico-mafieux n'occupent qu'une bulle de spécialistes, comme cela a toujours été. Mais il n'y a plus le potentiel patriotique et génétique pour porter, ou au moins tolérer, ces actions : le peuple français n'est plus, les "français" d'aujourd'hui ne se sentent plus héritiers, par leurs origines, de l'histoire du territoire qui les héberge. Ouvrons les yeux pour, enfin, définir une politique étrangère qui corresponde à ce qu'est devenue la France. Nous y perdrons moins de temps et agirons plus utilement.
    Pour les Français qui auraient encore le potentiel, le dynamisme et les talents nécessaires, et ne souhaiteraient pas subir le sort des habitants de ce territoire, il est temps de partir, loin, et d'essayer d'acquérir une autre nationalité. C'est, je le comprends, pitoyable. Mais il est temps d'être réaliste.
    En espérant ne pas froisser les âmes nobles qui vibrent encore au nom de la France, j'estime, malheureusement, qu'il est temps de parler vrai.

    RépondreSupprimer
  10. On comprend donc mieux pourquoi le général François Lecointre a été choisi comme chef d'état-major des armées. Il n'y a pas long à ce que l'on découvre qu'il a participé au génocide...

    RépondreSupprimer