dimanche 24 mars 2013

Derrière la prise de Bangui, c’est le Tchad qui est menacé


Dimanche 24 mars, le président centrafricain Bozizé a quitté Bangui pour la RDC et les rebelles du Seleka ont pris la ville. Une razzia lancée par deux ou trois centaines de coupeurs de route s’est donc transformée en une entreprise de conquête du pouvoir car, au noyau centrafricain du mouvement, se sont agrégés des Tchadiens voulant abattre le régime du président Déby et des Soudanais.
Si ces évènements avaient pour conséquence le rapatriement du contingent tchadien qui combat aux côtés des forces françaises au Mali, on ne comprendrait pas que Paris n’ait pas « anticipé ». La situation doit donc être suivie avec une grande attention car il serait irresponsable de laisser se créer un foyer de déstabilisation au sud du Tchad au moment où la contagion sahélienne touche déjà le nord du Nigéria.

Pour recevoir par courriel la suite de cette analyse, vous devez être abonné à l’Afrique Réelle.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire