mercredi 8 février 2012

Monsieur Guéant et l’esprit du temps…


Avec ce qu’il faut désormais appeler l’ « affaire Guéant », nous nageons en plein confusionnisme. D’abord parce que Monsieur Guéant a confondu « Civilisation » et régime politique, ce qui, convenons-en, n’est pas tout à fait la même chose…

Ensuite, parce que la gauche dénonce des propos inscrits dans l’exacte ligne de ceux jadis tenus par Victor Hugo, Jules Ferry, Léon Blum ou encore Albert Bayet[1]. Pour ces derniers, il existait en effet une hiérarchie entre, d’une part les « peuples civilisés », c'est-à-dire ceux qui se rattachaient aux Lumières et à l’ « esprit de 1789 », et d’autre part ceux qui vivaient encore dans les ténèbres de l’obscurantisme. Jules Ferry déclara ainsi devant les députés le 28 juillet 1885 :

« Il faut dire ouvertement qu’en effet, les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures ; mais parce qu’il y a aussi un devoir. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures ».

Quant à Léon Blum, le 9 juillet 1925, toujours devant les députés, il ne craignit pas de prononcer une phrase qui, aujourd’hui, le conduirait immédiatement devant les tribunaux :

«Nous admettons le droit et même le devoir des races supérieures d'attirer à elles celles qui ne sont pas parvenues au même degré de culture et de les appeler aux progrès réalisés grâce aux efforts de la science et de l'industrie. »

Reconnaissons que Monsieur Guéant est bien loin d’avoir tenu de tels propos clairement racistes. La gauche ferait donc bien de balayer devant sa porte et si les représentants de la « droite » avaient eu un minimum de culture, ils auraient pu, en utilisant ces citations et bien d’autres encore, renvoyer le député Letchimy au passé de son propre parti.

Le problème est que Monsieur Guéant est un universaliste pour lequel l’étalon maître de la « Civilisation » est, selon ses propres termes, le respect des « valeurs humanistes qui sont les nôtres ».
A ce compte là, effectivement le plus qu’un milliard de Chinois, le milliard d’Indiens, les centaines de millions de Japonais, d’Indonésiens etc., soit au total 90% des habitants de la planète, vivent en effet comme des « Barbares » ou des « Sauvages». Barbares et sauvages donc les héritiers de Confucius, des bâtisseurs des palais almohades et de ceux du Grand Moghol puisqu’ils n’ont pas encore adhéré à nos « valeurs humanistes », ces immenses marques du progrès humain qui prônent l’individu contre la communauté afin que soient brisées les solidarités, la prosternation devant le « Veau d’Or » afin d’acheter les âmes, la féminisation des esprits contre la virilité afin de désarmer les peuples, les déviances contre l’ordre naturel afin de leur faire perdre leurs repères.

Face à cette arrogance et à cet aveuglement qui constituent le socle de la pensée unique partagée par la « droite » et par la gauche, se dresse l’immense ombre du maréchal Lyautey qui, parlant des peuples colonisés, disait : « Ils ne sont pas inférieurs, ils sont autres ». Tout est dans cette notion de différence, dans cet ethno différentialisme qui implique à la fois respect et acceptation de l’évidence.
Or, c’est cette notion de différence que refusent tous les universalistes. Ceux de « droite », tel Monsieur Guéant, au nom des droits de l’Homme, ceux de gauche au nom du cosmopolitisme et du « village-terre ».

Bernard Lugan
08/02/12

[1] Voir à ce sujet les pages 34 à 42 de mon essai Décolonisez l’Afrique !, paru chez Ellipses en octobre 2011.

18 commentaires:

  1. Comme à votre habitude mr Lugan un texte clair, précis et bien argumenté permettant de remettre les pendules à l'heure.

    RépondreSupprimer
  2. Monsieur Bernard Lugan, toujours aussi brillant dans ses analyses. Cependant, tel le Professeur Anne-Marie Delcambre, on ne les entendra jamais assez, malheureusement !!

    RépondreSupprimer
  3. en destructurant nos societes,en culpabilisant les populations endemiques de l'europe,en perturbant nos repaires seculaires sociaux ou spirituels ,les marchés penetrent encre plus profondement toutes les couches de nos societes n'y trouvant plus de barrieres culturels stables pouvant entraver leurs expansions et separant les gens grace au mythe de la diversité ils imposent leur lois consumeristes comme seules valeurs de reference pour le plus grand profit de quelques uns signant par là le declin de nos identités .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellent résumé M. ou Mme Anonyme !!!

      Supprimer
  4. Superbe article. Nous pourrions ajouter que si l'on veut parler de "civilisations supérieures", il faudrait préciser le domaine ou le secteur concerné, ainsi que le point de vue adopté.

    RépondreSupprimer
  5. J’irais encore plus loin : dans la phrase de Mr Guéant, quel sens a le verbe « valoir » ? Affirmer que les civilisations sont égales, c’est certes, par définition, être relativiste. Affirmer qu’elles sont inégales, c’est... l’être tout autant puisque cela implique une comparaison. Non ?

    Quel sens aurait ici l’égalité ou l’inégalité ? Égalité devant QUOI ? Ou devant QUI ?

    S’il faut absolument hiérarchiser les civilisations, viennent nécessairement les questions : Quels sont les critères ? Et qui est juge ?

    Les critères seront nécessairement subjectifs (ceux que proposent Mr Guéant me semblent parfaitement minables mais c’est personnel) et au minimum biaisés par le substrat intellectuel et culturel – autrement dit civilisationnel ! - de celui qui parle. Il sera donc nécessairement juge et parti et son jugement sera sans valeur.

    Le seul bon juge des civilisations humaines serait donc une entité transcendante à la fois supérieure (pour les observer toutes de manière parfaite) et extérieure (pour être parfaitement neutre) à toutes. On nomme généralement un tel concept « Dieu » (chacun mettra ce qu’il veut derrière ce terme : cela ne change rien).

    Monsieur Guéant est-il Dieu ? Je ne lui imaginais pas une tête comme ça au Bon Dieu...

    Est-ce de l’égalité devant Dieu dont Mr Guéant parle ? De la valeur des civilisations aux yeux de Dieu ? Est-ce vraiment du « bon sens » de prétendre pouvoir adopter le point de vue de Dieu ?

    Bien sûr que chaque civilisation est plus ou moins propice à, disons, l'épanouissement des individus. Surtout et même presque exclusivement... les individus issus de cette civilisation. Évidemment puisque ce sont eux qui l'ont créée et qu'ils l'ont créée dans ce but précis. Faut-il que les gens qui nous dirigent soit devenus à ce point stupide pour ne plus même être capable d'enfoncer des portes aussi grandes ouvertes ?

    Monsieur Guéant a-t-il réfléchi à tout cela avant de parler ? Bien sûr que non. Il ne fait là qu’un coup politique en vue des élections. Sa phrase est tout simplement vide de sens et ne mérite aucune réaction. Elle ne mérite que d’être démontée. Mais encore plus lamentable, chacun, à gauche comme à droite, se précipite dans ce panneau ridicule et en rajoute pour la même raison : le coup politique jouant sur l’émotion plutôt que sur la simple réflexion.

    Pitoyable.

    RépondreSupprimer
  6. Tout est dit. Merci Monsieur.

    RépondreSupprimer
  7. Sur le plan scientifique, je souscris bien sûr à l'excellente analyse de Bernard Lugan. Mais Claude Guéant s'est placé sur un terrain politique, et tout comme Ferry et Blum en leur temps, il a le droit d'affirmer que toutes les civilisations ne se valent pas. L'ethnologue, l'historien, le géographe ou l'anthropologue au contraire doivent s'en abstenir. Ils sont là pour nous éclairer sur le fonctionnement des sociétés et leurs différences.

    RépondreSupprimer
  8. Lugan c'est le plus fort.

    RépondreSupprimer
  9. Tout est dit!
    Bravo Monsieur Lugan.

    RépondreSupprimer
  10. Ce cosmopolitism risque de nous enfermer dans un village ennuyant et de nous voler l'imagination, les differences et l'espoir.

    RépondreSupprimer
  11. chahb ibn tachfine10 février 2012 20:42

    La meilleur Analyse depuis le debut de cette polemique Gueant,
    Mr Lugan je vous tire mon chapeau.
    Vive la France de Degaulle et de Lyauté.

    RépondreSupprimer
  12. chahb ibn tachfine10 février 2012 21:38

    Je viens de commander deux livres et de m'abonner a vos revues.
    Mr Lugan continuez ainsi La France a besoin d'homme noble comme vous.

    RépondreSupprimer
  13. Bravo Professeur Lugan, pour cette remise au point salvatrice, face à l'inculture généralisée!

    RépondreSupprimer
  14. Je peux adhérer à vos propos Mr Lugan, encore que ce qu'a dit Mr Guéant était plutôt d'ordre politique qu'anthropologique.Mais,ce paragraphe que vous écrivez me semble emprunt d'une certaine forme de "racisme" ou d'exclusionisme mal à propos : "ces immenses marques du progrès humain qui prônent l’individu contre la communauté afin que soient brisées les solidarités, la prosternation devant le « Veau d’Or » afin d’acheter les âmes, la féminisation des esprits contre la virilité afin de désarmer les peuples, les déviances contre l’ordre naturel afin de leur faire perdre leurs repères. " En quoi en effet le respect de l'individu et de ses choix personnels, sont incompatibles avec la solidarité, en quoi la "féminité" serait inférieure à la virilité ? On voit ici les groupes d'individus qu'on veut encore sacrifier sur l'autel de la pensée unique, et pour tout dire d'une forme de dictature emprunte de religion, ou d'idéologie fascisante......l'universalisme ou l'humanisme ne se réduisent pas à un seul groupe de pensée !

    RépondreSupprimer
  15. Les hommes de gauches de 2012 sont-ils comptables des erreurs des hommes de gauche du 19e et du début du 20e siècle ?
    Les historiens d'extrême-droite peuvent-ils se voir reprocher les errements de leurs prédécesseurs du siècle dernier ?

    RépondreSupprimer
  16. Toutes les civilisations ne se valent pas, certes, faut-il encore choisir la "devise" de valorisation. C'est la hiérarchisation des valeurs qui est en cause, et la première n'est-elle pas de choisir entre la pérennité du modèle de société civilisée dont on dépend et les libertés individuelles qu'on organise... ou pas !
    Ce n'est pas parce que les sociétés premières sur l'échelle du temps assumaient les inconvénients d'une pérennisation que nos sociétés sont en progrès à cet égard. Nous voyons bien un certain déclin de la nôtre.
    M. Guéant s'est arrêté à mi-chemin de sa démonstration.

    RépondreSupprimer